Tout d’abord, merci pour l’article que je trouve très intéressant. Je cherche une solution pour mon fils depuis des années et ceci est peut-être un début de réponse. A 12 ans, il a une alimentation TRES sélective. J’ai le choix entre 6-7 plats et dès que je change un rien la recette (ou la marque des produits), il le goute et ne mange pas. Il refuse ou n’arrive pas à tester de nouveaux aliments. Il fait un blocage. Aucun légumes, et il mange bananes Chiquita, pommes et quelques noix comme fruit (de temps en temps). C’est tout. Evidemment, je m’inquiète fort pour sa santé, cela me ronge. Nous avons essayé quelquefois de l’obliger et on l’a laissé à table lonnnnnngtemps, nous sommes allés consulter des psychologues, nous avons essayer de désensibiliser son palais par des massages chez une kiné,… rien n’y fait. Je pensais que c’était de la mauvaise volonté et que ça se passait uniquement dans sa tête mais peut-être pas. C’est aussi un gros problème au point de vue social (chez les copains, au resto, lors des sorties scolaires,…). De plus, la famille et les connaissances me reprochent à la limite de ne pas réussir à le faire manger. On lui a fait passer des tests chez un neuropsychologue, il est HP, je ne sais pas s’il y a un rapport. Sa soeur est très sensible au bruit et cela pose beaucoup de problèmes en classe. Qu’est-ce que je pourrais faire de plus? Auriez-vous, par hasard, un conseil à me donner? Ô désespoir… ;-P
As-tu pensé à aller voir des kinés du sport? Car moi après une fracture de la maléole interne et tibial pilon, je boitais et j’avais le pied qui partait à droite vers l’extérieur. Apres bilan avec ma kiné, elle a conclu que c’était le tendon d’Achille et le mollet qui posaient problèmes. La première séance, ça a été une manipulation de la jambe et de la cheville : résultat époustouflant. Apres la manipulation, je ne boitais plus et j’avais le pied droit. Tu devrais aller voir soit un ostéo soit un kiné du sport qui fait des manips. Grâce à elle, j’ai pu récupérer et depuis Noel, je remarche sans douleur en montagne !
Demi-semelles cuir: la couche supérieure est en cuir de mouton, un tannage végétal idéal pour le confort et le maintien du pied. La couche inférieure est en latex au charbon actif. Elle absorbe la transpiration et élimine les mauvaises odeurs. Elle évite aussi le glissement du pied dans la chaussure. Les demi-semelles existent en différentes tailles, demandez à votre boutique MISTER MINIT la plus proche les différentes tailles disponibles.

Je vous conseille donc de consulter un médecin du sport qui au vu de son examen clinique vous orientera en premier lieu vers une échographie s’il pense qu’il s’agit d’une simple atteinte tendineuse ou ligamentaire. Si l’échographie est négative, il ne faudra pas hésiter à envisager une IRM qui donnera des éléments très précis au niveau des différents os du pied. Le pied est une structure mécanique très complexe qui, chez tous les sportifs mais en priorité chez le coureur à pied, peut être victime de contusions osseuses ou bien de fractures de fatigue.
Idem pour les pieds : propres la veille d’une grande sortie, mais je préfère ne pas les laver le matin même. Tout ce qui amollit la peau est à éviter. Se tremper les pieds dans un torrent au milieu d’une grande balade, c’est pour moi la manière la plus sûre de provoquer des ampoules. Il faut aérer les pieds, les sécher, mais si possible pas les mouiller !
Lorsque vous vous sentez trop sollicité-e-s physiquement, et à défaut de pouvoir éviter la source du stimulus, prenez le temps de vous ressourcer le soir. Cela peut être un endroit calme et « sensproof », comme une pièce de votre appartement aménagée par vos soins. Cela peut aussi être un rituel comme la méditation. Vous pouvez aussi souffler littéralement en faisant des exercices de respiration.
Vous voyez que vous avez encore bien des chemins à prendre avant de déclarer forfait…Vous concernant, il est important que les différents professionnels de santé (médecin, radiologue, kiné, podologue, ostéopathe) qui vont vous prendre en charge prennent le temps d’échanger sur votre cas. Les échanges interprofessionnels sont toujours bénéfiques pour le sportif dans les pathologies chroniques et complexes.
rès en vogue, depuis quelques mois, les injections de PRP sont également proposées dans les tendinopathies chroniques. De quoi s’agit-il ? Le but est d’injecter des facteurs de croissance, en quantité plus importante que naturellement, pour aider l’organisme à soigner la maladie. Ces facteurs de croissance sont normalement présents dans notre organisme et notamment dans le sang. On prélève donc du sang au patient (prise de sang classique) et on fait une centrifugation (tube de sang mis dans une centrifugeuse) pour séparer les différents éléments. On extrait alors une fraction,  le PRP (Platelet Rich Plasma) qui est très riche en facteur de croissance. On injecte alors ce PRP (facteurs de croissance) dans le tendon pour tenter d’accélérer la guérison. Il s’agit donc des propres moyens de défense et de croissance du patient que l’on met en quantité importante (4 à 6 fois la normale) à l’endroit douloureux (ici le tendon) pour aider la réparation de ce tissu qui souffre.

les fractures de fatigue ou spontanées sont des pathologies que l’on retrouve régulièrement chez le sportif ou la femme qui porte des talons hauts. Ce diagnostic reste donc une possibilité et la douleur ainsi que la gêne doivent être asse importantes. Est ce le cas ? L’idéal après 3 mois serait d’aller passer une radio du pied histoire d’en avoir à présent le coeur net.
Après les conseils d’ordre général, voici des petites astuces sens par sens. Et parce que la perception de notre environnement ne se limite par au cinq sens que nous avons appris à l’école, j’ai essayé de faire une liste la plus exhaustive possible des différents types de stimuli auxquels nous sommes exposé-e-s, afin de partager des astuces ciblées.
en fait j’ai terminé les traitements il y a 4 jours, je suis plâtrée depuis 11 jours, donc les 7 premiers jours où j’étais sous traitement je n’avais pas mal, je ne sentais rien, maintenant quand je suis à demi allongée ( il faut bien lire ou utiliser l’ordi!) j’ai des fourmillements, le pied tout endolori, et quand je me lève, j’ai très mal un bon moment puis ça passe, est- ce qu’il y a quelque chose faire? à part soulever le pied plus haut que le cœur à ce moment là je ne peux rien faire et le temps et tellement long quand on ne fait rien! et regarder son pied plâtré jusqu’au genou!
Voila il y a un an j’ai eu un arrachement osseux du scarfoide tarsien du a un objet en fonte tomber pile dessus,j’ai été platré un peu plus d’un mois avec kiné pendant 2 mois. Tout aller bien jusqu’à il ya plusieurs semaine ou je ressens de vive douleur dans le pied en question a la montee ou descente d’un escalier ou d’une simple pente, a la suite d’un repos assise ou coucher quand je me leve il m’est presque impossible de marcher tellement la douleur est vive ça dure un moment puis a force de marcher cela s’arrete , ou suite a une longue marche ou la douleur va la me monter jusqu ‘ au genou, il m’est meme impossible de tirer dans un simple ballon . Comme on est en plein hiver je me demande si ce ne sont pas des rhumatismes mais je me pose des questions tout de meme car cela devient vraiment handicapant.
Chez un coureur à pied qui décrit une douleur brutale sous le pied, nous devons immédiatement penser à une rupture tendineuse. L’échographie va permettre de connaitre l’importance de l’atteinte et de la situer soit au niveau de l’aponévrose plantaire superficielle ou bien de l’aponévrose plantaire profonde. Un autre tendon situé au niveau de la malléole interne est souvent atteint chez les coureurs à pied, il s’agit du tendon du tibial postérieur. Là encore l’échographie est un excellent élément diagnostic. Au cas ou l’échographie ne permettrait pas de faire un diagnostic précis, une IRM est toujours intéressante pour éliminer d’autres pathologies articulaires, ligamentaires ou osseuses.
L’autre élève était le plus jeune. Sous sa chevelure blonde et bouclée il avait gardé le visage enfantin d’angelot que chiffonnait l’inquiétude. D’une voix timide, il nous confia qu’il était ici à cause de retards chroniques alors qu’il habitait tout près du collège. Deux avertissements assortis de mises en pénitence à genoux durant les récréations étaient demeurés sans effet. Il avait l’air manifestement plus perturbé que moi, sans doute victime de l’influence des grands élèves des classes supérieures.
Les fractures du pied sont encore trop souvent négligées, maltraitées ou méconnues. Leur diagnostic repose sur la douleur localisée, parfois l’impossibilité de mouvoir le pied ou de s’y appuyer, ou en présence d’une déformation. La confirmation s’obtient avec une radio, même si cette exploration est parfois difficile à interpréter et réclame un IRM d’appoint.
Merci beaucoup, Je vais chercher comme vous l’avez dit, approfondir les examens, question d’y voir plus clair sur le mal. Au stade actuel, je comprend que ce soit pas vraiment faisable de trouver de quoi il est question rien que sur la base des résultats des examens que j’ai, encore moins rien qu’en se basant sur la descriptions des douleurs que je ressent.
Bonjour, je suis invité à un mariage dans 2 semaines. J’ai craqué pour une robe noire patineuse je sais apparament pas top pour un mariage, le haut cintré et le bas fait comme un nid d’abeille j’ai pris des chaussures noires aussi avec un petit v dessus doré, la veste je sais pas si j’ai bien fais elle est rose clair courte avec boutons dorés genre officier quel accessoires avec en bijoux et couleur des collants svp

Vous le voyez, il n’est pas possible de conseiller un traitement parfaitement adapté sans une étude précise de l’imagerie des lésions du tendon et de son insertion. En cas de bursite, le traitement réellement efficace est en effet l’infiltration de corticoïdes dans la bourse responsable des phénomènes douloureux. Mais il vaut mieux réaliser l’injection sous échographie pour être bien certain d’injecter le produit au bon endroit.
Le résultat ne s’est pas fait attendre: une douleur sous la voute plantaire et une partie du talon; mon toubib du sport m’a tout de suite mis au parfum en m’indiquant qu’il n’y a malheureusement pas de remèdes miracle et que la guérison reste très variable d’un patient à l’autre … seule consigne lorsque j’ai demandé une estimation de reprise possible pour la course à pied: « vous verrez bien par vous même … »
J’ai 29 ans ma douleur se situe a plusieurs endroit selon le mouvement dessus dessous et sur le côté j’ai tout de même remarquer qu en appuyant mon pied qui a été blessé sur l’autre pied la douleur va se situer a la plante du pied pile au milieu si j appuie avec ma main pour repérer la douleur c est sur le côté que j aurais le plus mal. La douleur monte jusqu’à au genou lorsque je marche longtemps comme si ma jambe se redicais. Merci de prendre du temps a me lire je
souffrant du jour au lendemain d’une douleur plantaire j’ai consulté ; diagnostic : aponévrosite et là traitement médicamenteux oral = 0 aucune amélioration ; l’ostéo qui me suit régulièrement m’affirme qu’en une séance il remédiera au mal …………………..rien, nada si ce n’est l’allègement de 50 € !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! je consulte un rhumatologue qui confirme le 1er diagnostic et prescrit une écho pour confirmation………………….en attendant douleurs toujours bien présentent malgré l’arrêt de la marche rapide et des mes séances de « cardio ». Fatigué de ne plus rien faire je vais reprendre le vélo et le rameur pour apprécier si il y a dérouillage du matin + long ou pas. Donc merci pour les commentaires et les info. Hichem

Bonjour, il y a 2mois je me suis blessé au cours d’un match de foot ( rotation de la cheville) je suis aller dans la foulée aux urgences qui m’ont diagnostiquer qu’une entorse. Cependant pendant le mois qui a suivi j’ai eu une douleur au pied, apres avoir fait une scintigraphie ils ont diagnostiqué une fissure du cuboide. Je suis actuellement plâtré pour un mois. Mes questions sont les suivantes: lorsque l’on enlevera mon platre, aurai je encore des douleurs ou cela se soigne relativement bien ?

Oui ma rééducation est difficile car j’avais très mal partout dans le pied, ce qui était les articulations déplacées et les tendons fragilisés (comme des tendinites), j’ai à ce jour encore mal. Je ne peux pas marcher normalement ni appuyer mon pied dans certaines positions. Mon pied craque régulièrement à certains endroits mais je ne sais pas pourquoi. Et oui mon pied est parfois froid (mais j’ai toujours eu les pieds froids) et d’autres fois très chaud, mais les 2 pieds le font je crois.
Je viens vers vous car je me suis blessée lors d’un match de foot, le 28 août dernier. Au démarrage d’un sprint, j’ai entendu un gros clash et ressenti un coup derrière ma cheville droite. Je suis tombée directe par terre, me disant que j’avais pris une semelle mais personne derrière moi. J’ai crompris direct que c’était le tendon d’Achille. Partie aux urgences, on m’a confirmé que j’avais une rupture complète du tendon d’Achille.

Il peut vous arriver d'acheter des coussinets à glisser dans la chaussure pour en améliorer le confort. Mais attention : «ceux-ci prennent trop de place dans la chaussure. Résultat, le pied est encore plus compressé», souligne Arnaud De Fierkowsky. Ainsi, il vaut mieux privilégier une semelle fine, qui peut soulager certaines douleurs articulaires tout en laissant l'espace nécessaire au pied. On n'hésite pas non plus à aller consulter un podologue, pour faire des corrections sur la semelle. Le plus important ? «Prendre conscience que c'est la chaussure qui doit se faire au pied, et non le pied qui doit se faire à la chaussure», insistent les deux professionnels.


Suite à une chimiothérapie au gemzar taxotere, je mes jambes sont devenues très raides au point que je ne pouvais plus marcher. J’ai été hospitalisée 2semaines: transfusions de sang, phlébite Janbe droite. Après 2semaines en soins palliatifs je suis sortie de l’hôpital, mais le médecin résident ma dit que les raideurs aux chevilles jambes et genoux ne reviendraient plus at la normale. J’ai consulté un kynesiologue et je fais. Les exercices régulièrement. Mon tendon d’Achille gauche me fais très mal. Je l’ai étiré beaucoup, ça a fait une bosse qui s’est partiellement resorbree. Ça fait très mal lorsque je mets les pieds à terre le matin. Ça fait aussi mal ou était la bosse. Les genoux sont aussi douloureux. Vais je récupérer ma flexibilité un jour? Jà 66 ans, toujours en chimio un différente qui ne donne pas ces effets secondaires pour traiter un leiomyosarcome. Merci docteur.
(il faut que je prenne un peu plus de temps pour te faire un feed back de ces derniers temps, où mes habitudes et ma garde robe ont été boostées par tes conseils entre autres par le programme bh et par tous tes articles. J’en “sens” les bénéfices, je prends plaisir à m’habiller et à trouver de chouettes associations, à trouver de nouveaux styles et de nouvelles couleurs, et surtout j’en reçois des remarques positives!! –>merci!!)
Vous l’écrivez, vos douleurs ne sont pas en relation avec une activité physique et sportive, mais surviennent sans doute parce que vous êtes en position debout toute la journée. Chez vous, il est possible que cette aponévrosite soit en relation avec des problèmes positionnels et de l’équilibre. Au cas ou les différentes techniques de rééducation décrites plus haut n’auraient qu’un impact limité sur les douleurs, je vous conseille de consulter un médecin ou un kinésithérapeute qui savent réaliser un bilan postural. En effet, les problèmes de posture et d’équilibre sont parfois en relation avec une anomalie au niveau de la vision, de l’audition ou de l’occlusion dentaire.

Misez tout sur les plateformes : apprendre à marcher avec des talons hauts, cela s’apprend. Mais en attendant, pour faciliter la donne et donner l’illusion de talons vertigineux sans le mal de pieds qui les accompagne : misez tout sur les plafeformes shoes ! Platefor-quoi ? Il s’agit de la partie à l’avant de la chaussure qui rehausse l’air de rien votre talon. La taille de celle-ci varie en fonction de la hauteur de votre paire de chaussures. Une chose est certaine, elles rendent beaucoup plus confortables le port de celles-ci. 

• Se calmer avec la pression physique. Certaines personnes (dont moi) détestent les effleurements mais adorent les pressions fermes. Je dors enroulée dans la couette, appuyée contre mon coussin, et j’adore la sensation de l’eau sur ma peau (je pourrais passer ma vie sous la douche ou dans une piscine). J’adore porter un casque ou un bonnet. Un bon massage me relaxe instantanément. Je songe même à investir dans une weighted blanket, une sorte de couvre-lit assez lourd qui fait un poids supplémentaire sur le corps.

Pour résumer brièvement suite à un accident de cheval ou mon cheval m’est tombe sur le pied j’ai une fracture du naviculaire, une fracture du cunéiforme avec déplacement, trois luxations au niveau cuneiformes/1er metatarse (en gros luxation Columno spatulaire) et rupture du ligament de lisfranc.. ça fait beaucoup effectivement ! J’ai été opérée le 29 décembre 2015 avec réduction orthopédique et osteosynthese (j’ai des vices dans cuneiforme et naviculaire)… voilà pour l’histoire !

Alors j’ai 30 ans, pas d’activité sportive régulière (avant la chute je faisais du yoga mais seulement depuis quelques mois, et avant cela pas de sport régulier depuis l’adolescence où là par contre je faisais pas mal de sport). Je n’ai pas eu de traumatisme avant si ce n’est des entorses aux chevilles assez fréquentes quand j’étais enfant / ado. Je n’ai pas non plus de pathologie et ne prends pas de traitement hors contraception et supplémentation en fer.


Au lieu de cela, une forte claque fit trembler ma fesse droite aussitôt suivie d’une autre sur ma fesse gauche. Quelques secondes plus tard, l’explosion de douleur provoquée par deux autres claques assénées à toute volée me fit me soulever sur la pointe des pieds. Une fessée ? Une simple fessée à la main à la place du martinet ! A la surprise, succéda le soulagement. La directrice avait-elle donc changé d’idée entre-temps pour me punir ?
Par contre, depuis quelques années, sont apparues les ondes de choc. Il s’agit en fait de « petits marteaux piqueurs » qui tapent sur le tendon douloureux. Ce traitement, fait généralement par des kinésithérapeutes qui sont équipés, semble vraiment  adapté au nodule du tendon achilléen. Il faut faire entre 8 à 12 séances. Si les résultats sont nuls, il est inutile de poursuive et inversement on peut continuer au-delà de 12 séances si les progrès existent.

J’ai repris le sport très progressivement, j’ai aussi été faire des scéances de khinésithérapie, j’ai fais des prises de sang et revu le rhumatologue qui m’a dis d’oublier toute les I.R.M que j’ai passées et tout ce que le chirurgien m’avait dit, et m’a dis que je pouvais reprendre le travail et le sport sans problèmes. J’ai suivi ses conseils, (quand je marchais j’avais mal et je lui ai bien précisé). J’ai recherché du travail, (en vain et c’est compréhensible quand ils voient sur mon c.v un trou d’un an sans travail, les patrons sont rétissants) BREF j’ai repris le sport progressivement en commençant par le vélo, des scéances de plus en plus longues, je n’avais que de très petits douleurs (par rapport à quand je ne fais rien où j’ai une minuscule douleur mais qui est assez forte pour que j’y pense), j’ai fais de la marche rapide et de la course très lente en scéances de plus en plus longues et en ecoutant ma douleur (donc quand j’avais mal j’arrêtais la scéance avant de l’avoir terminée). Les douleurs et les gonflements sont revenus mais se calmaient lorsque j’appliquais du gel anti-inflammatoire. Jusqu’à hier soir où après une petite scéance de footing (je m’échaufe très bien avant et m’étire bien en faisant toujours le plus attention possible à la douleur), j’ai eu la même douleur que le jour où mon pied s’est cassé (à peine moins forte)! J’ai voulu aller aux urgences comme j’avais fais le jour de la fracture mais je n’y suis pas aller, j’ai attendu aujourd’hui pour voir si miraculeusement la douleur partirait pendant la nuit après m’être mis de la glace une vingtaine de minutes et m’être masser le pied doucement et longuement avec du gel anti-inflammatoire. Mais non je me suis reveillé et levé, je peux marcher en m’appuyant sur le coté externe de mon pied blessé mais pas en position normale et surtout pas sur le coté interne! Je vais retourné voir le medecin pour lui expliquer. Je vous tiendrais au courant si un jour mon pied redeviendra bien, sinon en attendant il est peut-être gênant pour le site que j’ecrive à chaque fois des textes aussi longs alors j’arrêterais de vous tenir au couran, sauf si mes messages vous aides en quoi que ce soit mais bon je ne pense pas.


Le fait que vous déclenchez et retrouvez la douleur à la pression avec votre doigt n’est pas un signe suffisant pour dire que votre tendon souffre encore et que la reprise de la course à pied est absolument interdite. Il me parait par contre important de faire un bilan échographique qui précisera l’importance de la tendinopathie d’insertion et éliminera une éventuelle bursite, c’est-à-dire l’inflammation d’une petite bourse liquidienne qui permet le glissement du tendon sur le calcanéum. En effet, en cas de bursite, les ondes de choc ne sont pas indiquées et peuvent même entretenir la douleur.
×