Comment marcher avec des talons ? Jusqu’à présent vous aviez l’habitude de marcher en chaussures plates et confortables, mais vous avez craqué pour une paire de chaussure à talons hauts : une beauté de 10 cm qui vous fait de magnifiques longues jambes fuselées. Vous voulez apprendre à marcher avec des talons aiguilles? Découvrez toutes les astuces pour bien marcher de façon naturelle et sans avoir mal aux pieds, avec des talons hauts.

Ton article est très bien. Par contre j’ai remarqué lors de mes derniers mariages que toutes les filles avaient cette fameuse robe patineuse et souvent dans les mêmes couleurs ( rouges, corail etc). Alors je trouve ça très beau, et je ne dois pas être la seule visiblement mais que conseillerais tu pour être un peu plus original et ne pas être un clone parmi les invités ?^^


Ce printemps 2015 marque mes 60 années totales de randonneur (j’avais 18 ans quand j’ai commencé et j’en ai aujourd’hui 78 et demi) entièrement d’accord avec vous: pas d’échauffement, pas d’humidité ni de petites saletés dans la chaussure. Pour moi le must a toujours été des chaussettes double, tricotées ensemble; souvent j’ai conseillé cela à des randonneurs et toujours ils m’ont signifié leur grande satisfaction. Après une rando, si on peut plonger ses pieds dans un torrent froid, rien de tel pour raffermir.
Les caractéristiques de la douleur que vous décrivez : survenue brutale en jouant au tennis et impossibilité de marcher en déroulant le pied normalement me fait penser que vous avez été victime d’un « tennis-leg ». Il s’agit d’une lésion musculaire importante à type de claquage d’un muscle du mollet, le muscle le plus fréquemment atteint étant le gastrocnémien médial
Si vous avez toujours des douleurs très importantes, je vous conseille d’aller passer une radio de contrôle !! il arrive régulièrement (vous trouverez plusieurs témoignages sur le site) qu’au moment du traumatisme, lors du diagnostic, des lésions passent inaperçues et sont découvertes par après, comme des fissures, fractures, lésions ligamentaires ou tendineuses. Il me semble qu’il vous faudrait refaire un point complet.

Suite à une chute dans les escaliers en tenant mon petit dernier dans les bras, j’ai préféré le protèger et ne me suis pas rattrapée. J’ai dégringolé de 5 marchés et mon pieds droit s’est retrouvé sous moi. Aux urgences, après une radio, le médecin me diagnostique une belle entorse malgré un pied bleu violet tout gonflé. Elle me dit de mettre 3 jours mon pied en décharge puis d’essayer de remarcher normalement. Au bout de 3 jours j’ai une douleur fulgurante dans le.mollet dès que je change de position et soupçonne une phlébite. Aux urgences d’un autre hôpital (1janvier), on le diagnostique effectivement une phlébite due à la chute et des radios sont à nouveau faites pour mon pied qui est encore très violet, très gonflé et comme engourdis. La doctoresse me montre un petit point noir sur le dessus du pied et me dit vous avez un arrachement ici on va vous prescrire une botte de marche, en attendant ne posez pas le pied par terre continuez à utiliser vos béquilles. Je commande la bande de contention, ma botte et de l’innohep. Je rappelle l’hôpital pour savoir ce que j’ai le droit de faire avec la botte. On me dit que je peux marcher avec la botte, sans béquilles et que je dois l’enlever la nuit.ok….rdv chez l’orthopediste 2 semaines plus tard. Radios de nouveau et là on me dit que j’ai une fracture du naviculaire (éclat légèrement déplacé) et un fracture au gros orteil. Voilà merci et l’orthopédiste est parti s’occuper d’un autre patient. J’ai donc demandé à l’infirmière qui le seconde si avec ces fractures je devais reprendre mes béquilles et garder la botte de marche la nuit. Elle m’a dit ne changez rien. On vous prolongé l’innohep, à dans 3 semaines. J’avais donc rdv ce lundi et là c’est un ai orthopédiste qui m’a vu après de nouvelles radios. L’orteil est consolidé mais pas le naviculaire, il me dit qu’il faut au moins 8 semaines. J’y retourne donc dans 3 semaines. Il m’a dit que maintenant que j’avais marché avec, je n’avais pas à décharger mon pied, qu’il fallait juste que je n’abuse pas….je suis assez en colère de tous ces diagnostics erronés et ces non-indications de la.marche à suivre pour guérir. J’ai peur de ne pas pouvoir laisser ma botte dans 3 semaines et cela m’embête d’autant plus que j’ai 3 jeunes enfants et que je sais pertinemment qu’il va falloir faire de la kiné. Pouvez-vous me donner votre avis là-dessus ? Ai-je vraiment compromis ma guérison en marchant avec la botte ? Merci d’avance.
Est-ce que savez, approximativement, quand est-ce que je pourrai enlever mon orthèse et les béquilles ? (j’ai commencé la kiné mais pour l’instant, nous travaillons à réduire les douleurs et on m’a dit de ne pas les enlever pour l’instant mais sans que je sache combien de temps cela doit durer…) Je saurai être patiente mais c’est pour avoir une idée si c’est possible.

Il y a un peu plus d’un an, je me suis fait mal derrière le talon, cette partie est enflée tout le temps, je me suis reposé pendant longtemps, la douleur est moins intense mais celle-ci est toujours présente surtout le lendemain matin d’une marche de la veille au soir. j’ai fait voir cela a un ami qui est médecin qui m’a dit de manger des patates pour la reconstruction du tendon. J’ai vu un ostéopathe pour le dos qui me dit que l’irrigation de cette partie se faisait très mal du au contexte de ma jambe et mon médecin traitant ne porte pas attention à ce problème compte tenu de mon problème de jambe plus important, en tout cas c’est le sentiment que j’ai. Je projette de faire à la rentrée scolaire du stretching car je suis raide et cela me procure aussi une sciatique sur mon autre jambe. Je ne fais jamais d’étirement car je ne sais pas trop m’y prendre.

De la talonnette aux compensées, puis des bottines aux stilettos, mieux vaut donc y aller par pallier et varier les plaisirs, avec des modèles et surtout des hauteurs différentes. Tendons et muscles s'adaptent et se rétractent lorsque l'on porte des talons. Leur port excessif peut même entraîner un rétrécissement du tendon d'Achille. C'est pourquoi certaines ne supportent plus de marcher à plat, éprouvant alors un étirement douloureux. Changer évite qu'il ne se rigidifie. Et pourquoi pas au cours de la journée? Géraldine a toujours un sac à main suffisamment grand pour y glisser une paire de secours. Elle garde aussi plusieurs paires de talons au bureau: "Cette façon de procéder me permet de porter enfin toutes mes chaussures. Et même si ce n'est que quelques minutes dans la journée, ça reste alors un pur plaisir." 
Si je peux vous donner un conseil, l’arthrodèse étant irréversible: prenez le temps de bien réfléchir, ne faites rien dans la précipitation. Pourquoi ne pas essayer de tenir le plus longtemps possible sans y toucher, voir ce que ça donne et comment vous récupérez et attendre qu’un jour (plus ou moins lointain) vous souffriez trop pour ne plus le regretter du tout ?!
Choisissez de belles chaussures, ouvertes en été ou type escarpins bouts ronds en hiver. Faites surtout attention à la hauteur du talon, elles doivent être très confortables pour vous tenir toute la nuit ! Donc choisissez un talon de hauteur moyenne entre 5 et 7 cm. Les chaussures seront assez hautes pour booster votre tenue et le look de votre silhouette mais aussi très confortables.
Vous décrivez parfaitement les symptômes qui accompagnent une lésion tendineuse à début brutal. Je vous conseille de consulter rapidement votre médecin traitant, ou bien un médecin du sport, pour envisager ensuite une échographie. Cet examen va permettre de faire le bilan de l’importance et de la localisation de l’atteinte tendineuse. S’agit-il d’une lésion du corps du tendon d’Achille ou bien de l’insertion du tendon sur le calcanéum ? Il est important de faire ce bilan anatomique car les traitements et la durée de l’immobilisation sportive risquent d’être différents. En attendant les résultats de l’échographie et la prise en charge thérapeutique qui va en découler, je vous conseille de ne pas faire d’activités sportives, de porter des chaussures avec talon de 2 à 4 centimètres, de marcher doucement sans jamais déclencher la douleur.
Des fractures multiples sont toujours complexes et beaucoup plus longues à guérir, pouvant laisser des séquelles au niveau des articulations entre les différents os touchés. Il est encore trop tôt pour parler d’éventuelles séquelles qui ne pourront se révéler peut-être que dans quelques années. Quoi qu’il en soit, pour essayer d’éviter ce genre de problème, restez bien au repos, mettez de la glace sur votre pied et pensez à le mettre en hauteur, en attendant que les tissus commencent à reprendre un aspect normal.

Mais nous ne traiterons que la résultante d’un déficit de force dans l’ensemble du membre inférieur gauche car il est très probable que vous n’ayez pas totalement récupéré cette force globale depuis la chirurgie. Pour mieux évaluer ce déficit, il serait intéressant de faire un bilan isocinétique comparatif des fléchisseurs et extenseurs de genou et, si possible de la cheville. Cet examen est réalisé dans les centres de médecine du sport, les centres de rééducation et chez certains kinésithérapeutes. Il permet de montrer l’importance du déficit de force entre le membre inférieur gauche et le membre inférieur droit. Il permet aussi de mieux orienter le renforcement musculaire du coté le plus faible, renforcement qui se fera ensuite chez le kinésithérapeute.
Pour information, J’ai été opérée il y a 2 ans et 3 mois d’une rupture du tendon d’achille (rupture pendant un match de badminton), par suture percutanée, s’en est suivi 10 mois de rééducation sans réussir à récupérer totalement ma flexion dorsale. Une douleur à la marche a persisté pendant plus d’1 an. La mise sur pointe de pied me reste encore difficile à l’heure actuelle.

Merci Olivier de votre réponse. Je n’avais presque plus mal pouvais marcher ac une béquille ( toujours ac ma botte néanmoins). Pour ka kine l’ortho m’a dit d’attendre après l’accouchement, donc encore qq long jours, pour le revoir, radio de contrôle, et il m’a dit oui que j’aurais probablement des séances. Si je vais à terme ça le fera 9 semaines d’immobilisation…
Bonjour, j’ai 52 ans je pratique le VTT, le foot en salle et le footing à la fréquence d’une fois par semaine pour chaque discipline. Après une 1/2 heure de footing j’ai ressenti brutalement une douleur sous le mollet droit à l’impulsion, j’ai réussi à terminer ma séance à petite allure car il m’était impossible d’accélérer. Le lendemain matin la douleur avait pratiquement disparue si ce n’est que la zone restait sensible, je n’ai pas repris le footing mais réalisé une sortie VTT depuis sans douleur particulière. Merci de votre aide pour comprendre l’apparition subite de cette douleur sans signe avant coureur. Merci
Il importe également de souligner que l’incidence des talons hauts sur la santé physique dépend de chaque individu. L’utilisation de ces chaussures ne provoquera pas forcément de la douleur. Cependant, elle peut accentuer, voire aggraver un problème existant. Par exemple, une personne souffrant de douleurs lombaires en position debout risquera de ressentir plus de douleurs si elle porte des talons hauts.
J’ai fait beaucoup de sports divers dans ma jeunesse (athlétisme, tennis, natation …) et je m’y étais remis sérieusement depuis 2 ans, accompagnés par des coachs sportifs en salle dans le cadre d’un régime (j’ai perdu 15 kilos en 4 mois). J’ai d’abord fait marche et course en alternance, puis course, et j’y ai pris un véritable plaisir donc j’ai fait des sorties de plus en plus fréquentes et fait des 10 kms officiels. Puis l’été dernier j’ai goûté aux sorties plus longues et avec dénivelé dans le Lot (entre 18 et 22 kms), je me sentais bien, j’avais juste quelques courbatures le lendemain, rien de bien méchant, je me sentais invincible !!! … jusqu’au mois d’octobre où tout a basculé : Allongement des distances + prise de 2 kgs (sur les pieds c’est beaucoup) + changement de chaussures de running inadaptées = fortes douleurs aux pieds
Non je ne parle pas d’un entraînement intensif de vos pompes avant de plonger dans le grand bain de la ville, mais plutôt de laisser faire la nature, son travail. Je m’explique : parfois au départ nous sommes serrées dans notre nouvelle paire de talon, ou encore, le cuir qui doit “se faire” pour une paire de bottes. Et bien accélérez la machine en mettant des boules de chaussettes par exemple dans vos chaussures et laissez les toute une nuit. L’avantage c’est que pendant que vous ferez de beaux rêves; le cuir s’assouplira progressivement pour être totalement prêt le matin, à accueillir vos petons.
Moi j’ai une double fracture du naviculaire qui date du 25 février 2015, jusqu’au moi de mai j’ai porter un vacoped et vacopedes avec les béquilles jusqu’a fin aout. J’ai repris mon travail mi juillet en commençant à 30% ensuite 50 et 80 . Depuis cette reprise à 80 j’ai terriblement mal sur le coup de pied, sur la maléolle. Pourquoi avoir ces terribles douleurs maintenant ?
Bonjour, je suis invitée à un mariage début octobre, j’ai craqué pour cette robe(framboise écrasée) mais j’ai beaucoup de mal à l’accesoirisée https://www.petitemendigote.fr/fr/product/pap-h18/17169-1-pippa-sat. En réalité ce qui me bloque c’est que je vais devoir mettre des collants noirs, mon sac à main sera gris foncé avec une bande argentée et une bande noire. Que puis-je mettre comme veste, écharpe et chaussure sans trop alourdir le look?
Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de vouloir les porter toute la journée au bureau, puis toute la soirée au resto et enfin toute la nuit sur la piste de danse. D’ailleurs, on admire (et on jalouse fortement) ces filles qui parviennent à arpenter les rues de la ville avec leurs talons durant des heures et on se demande sérieusement comment elles font pour ne pas en souffrir. Mais qu’on se rassure : elles sont aussi humaines que nous et leurs pieds, aussi sensibles que les nôtres.

Je me reconnais moi aussi dans l’article et ce commentaire en particulier. Même si je me doutais bien être hypersensible aux émotions et aux sens, c’est finalement rassurant de savoir que cela ne vient pas de mon imagination et que l’on est pas seule. J’ai encore parfois tendance à me dire que j’exagère, que les autres aussi ressentent cela sans un faire tout un patakès…
Après les conseils d’ordre général, voici des petites astuces sens par sens. Et parce que la perception de notre environnement ne se limite par au cinq sens que nous avons appris à l’école, j’ai essayé de faire une liste la plus exhaustive possible des différents types de stimuli auxquels nous sommes exposé-e-s, afin de partager des astuces ciblées.
Manteau mi-saison uni marine avec manches retroussées pour être 3/4 (la doublure qui devient visible est noir satin), ouvert sur une Robe unie bleu Klein, fluide, trapèze, manches courtes et col rond, marquée à la taille par une ceinture style Obi unie en cuir noir, le tout longueur juste au dessus du genou; escarpins vernis marine; pochette rectangle noir brillant; collier plastron tressé 3 cm de large gunmétal, perles marines et cordon noir. Que pensez vous de ce camaïeu ?
Supporter les talons hauts, c'est donc aussi – et surtout – choisir le bon modèle. Chaque personne est différente, dans sa posture, la morphologie de son pied, sa démarche... Si vous voulez pouvoir marcher en talons toute la journée, le mieux est encore d'écouter votre corps et de respecter ses exigences, sans brûler les étapes et en optant pour une paire qui soit adaptée à vos spécificités. Mais gardez toujours à l'esprit que la maîtrise des talons hauts n'est pas innée : c'est avec de l'entraînement que vous parviendrez à mieux supporter vos stilettos au fil des heures. Alors ne vous blâmez pas si vous n'arrivez pas à les garder aux pieds de 9 à 5 et que vous finissez pas les troquer contre une bonne vieille paire de ballerines. Après tout, les femmes qui courent en talons de 12cm toute la journée sont un mythe !
×