Il me manque quelques éléments pour vous donner des conseils complémentaires : quel est le sport que vous pratiquez ? Les douleurs disparaissent-elles à l’échauffement ? Faites-vous des sports de remplacement (vélo, natation, rameur, elliptique) pour garder condition physique et force musculaire ? Au quotidien dans votre métier, sollicitez-vous beaucoup vos chevilles et vos membres inférieurs ?
Collé ! Et le dimanche qui plus est ! Le pire qu’il pouvait m’arriver! Et il avait fallu seulement près de trois mois depuis mon arrivée dans cette institution réputée pour son excellence et sa stricte discipline. A 13 ans passés, l’âge bête se révélant souverain, je finis par succomber un mercredi à cause de mes défaillances à répétition. Mlle Marceline, la prof de Maths, ne me rata pas.

Les appuis répétés, générateurs de microtraumatismes et de saignements, un choc ou d’autres affections peuvent être retrouvés. Le facteur révélateur est souvent le port d’une chaussure trop plate ou en mauvais état. La modification des conditions d’entraînement, la pratique en terrain accidenté, en côte etc.. viendront s’associer à la défaillance d’amortissement de la chaussure.


Les talons hauts créent une fière allure et changent la manière que l'on a de se déplacer. Le dos droit, le port de tête altier, ils nous donnent des airs de reine. Même s'ils sont parfaits pour élancer et galber la silhouette, les talons hauts peuvent, à force, ne pas toujours être très confortables pour les pieds ou le dos. Alors comment les apprivoiser? D'abord, on alterne les hauteurs. Un jour, on se glisse dans un talon mi-haut ; le lendemain, on choisit un talon aiguille ; et le surlendemain, on reste sur du plat. Insérer une semelle antidérapante à l'intérieur pour bien se stabiliser, voilà une autre bonne idée… tout comme garder dans son sac une paire de ballerines plates, au cas où! 
Cette imagerie est essentielle car elle nous permettra d’orienter le traitement. A ce stade, le traitement est essentiellement médical avec une panoplie d’outils thérapeutique très large et variée : étirements, physiothérapie, renforcement tendino-musculaire excentrique, massages transverses profonds, ondes de choc voire injections de Plasma Riche en Plaquettes (PRP).

Il est important que vous passiez une IRM. Cet examen va nous préciser des éléments essentiels pour guider le traitement en décrivant la localisation et l’importance de la lésion. S’agit-il d’une atteinte de l’insertion de l’aponévrose plantaire sur le calcanéum ? Dans ce cas le traitement pourra se faire comme celui d’une tendinopathie : étirements, ondes de choc, éventuellement infiltration de corticoïdes. S’agit-il d’une atteinte des muscles situés sous le pied qui sont responsables de l’amortissement et de la propulsion ? Et dans ce cas, quelle est la situation de la lésion fibreuse et quelle est son importance ? Le traitement devrait alors se baser sur les étirements, la physiothérapie et les massages transverses profonds.
Lorsqu’une thérapeutique ne fonctionne pas, il faut d’abord se poser la question essentielle de la bonne indication : la technique que nous utilisons est-elle la seule adaptée au type de la pathologie dont souffre le sportif ? En clair, avant de « jeter le bébé avec l’eau du bain », mieux vaut se poser la question sur les autres techniques à associer en cas de pathologie de l’aponévrose plantaire chez un sportif.

Suite à cela , j’ai eu 4semaines de kinésithérapie pour « casser la cicatrice » de façon à ce que l’aponévrose cicatrise dans le sens des fibres. (Kiné très douloureuse d’ailleurs). Le kiné ne m’a pas contre indiqué les activités sportives si ça ne me faisait pas mal. ( contradictoire avec d’autres avis que j’ai eus.. donc J’ai tout de même stoppé complètement la course pour le vélo (rpm en salle) depuis)

Je me suis casser L’os astragale il y a déjà 1 mois, on l’a découverte avec un scanner et depuis je suis plâtrer donc piqure tout les jour etc… j’en ai pour 1 mois et demi si tous va bien le 22 je repasse un scanner et il y aura peut être opération mais quand je vais voir sur internet fracture de l’astragale en principe il y en as pour plus de temps il y a systématiquement opération sa me fait un peut peur car dans le petit hôpital ou j’habite il y a eu plein de problème c’est pas très bien réputer donc voilà j’aimerai en savoir plus sur ma fracture et les soins nécessaire car il faut vite que je marche pour mon bébé Merci beaucoup
Avec une façon unique de défricher les tendances, le magazine marie france et mariefrance.fr s'adressent à toutes les femmes d'aujourd'hui. Comme elles, marie france et mariefrance.fr s'intéressent aussi bien à la beauté, la mode, la santé/forme, la psycho, qu'à la culture, la déco, la cuisine ou l'évasion. Conseils, proximité, sincérité, marie france et mariefrance.fr posent un regard vrai sur la société contemporaine.
Il lui fallut me répéter l’instruction tant cette manière d’utiliser une chaise me paraissait incompréhensible. Une fois en position, mon ventre calé sur le rebord du dossier, mon buste et ma tête faisant contrepoids pour équilibrer le bas du corps et assurer le solide ancrage de mes avant-bras sur la chaise, je me sentis tout à coup particulièrement vulnérable.
Je te comprends car moi j’ai toujours froid, mais ensuite j’ai souvent vite chaud, bref peu de tolérance face aux températures! En hiver, la première chose c’est d’appliquer la technique de l’oignon (ex: un débardeur sous un haut ou une robe, puis un pull et/ou un gilet dessus, une écharpe pour le cou et la nuque (où se situe le centre de la régulation thermique!), des gants toujours dans le sac pour sortir ainsi qu’un bonnet pour les oreilles. Pas de chevilles à l’air et encore moins le dos et le ventre (débardeur dans le pantalon, ni vu ni connu 😉 ). Il ne faut pas avoir peur de ne pas suivre la mode en tout cas, mais on peut tout à fait être féminine tout en étant bien au chaud 😉
Voila il y a un an j’ai eu un arrachement osseux du scarfoide tarsien du a un objet en fonte tomber pile dessus,j’ai été platré un peu plus d’un mois avec kiné pendant 2 mois. Tout aller bien jusqu’à il ya plusieurs semaine ou je ressens de vive douleur dans le pied en question a la montee ou descente d’un escalier ou d’une simple pente, a la suite d’un repos assise ou coucher quand je me leve il m’est presque impossible de marcher tellement la douleur est vive ça dure un moment puis a force de marcher cela s’arrete , ou suite a une longue marche ou la douleur va la me monter jusqu ‘ au genou, il m’est meme impossible de tirer dans un simple ballon . Comme on est en plein hiver je me demande si ce ne sont pas des rhumatismes mais je me pose des questions tout de meme car cela devient vraiment handicapant.

Je ne sais pas si ce forum fonctionne toujours mais je vais tenter ma chance ! Suite à une chute en octobre 2014, mon pied droit s’est tordu vers l’intérieur et une forte douleur est apparue sur la face interne du pied, avec toutefois très peu de gonflement. Croyant à une entorse (j’en avais eu pas mal de similaires à cet endroit), mon généraliste m’a prescrit attelle + kiné. Au bout de 2 mois la douleur continuait donc radio + scanner qui diagnostiquent un os naviculaire accessoire de type 2 avec syndesmose instable expliquant la symptomatologie. Le chirurgien orthopédique des urgences souhaitait m’opérer tout de suite pour m’enlever cet os, mais après avoir pris un 2nd et un 3e avis auprès de 2 autres chirurgiens dont un spécialiste du pied, décision de ne pas opérer avant d’avoir essayer les mesures médicales classiques. Je commence donc par porter des semelles orthopédiques, qui me soulagent pendant les 10 premières minutes de marche mais ensuite la douleur revient. Du coup IRM fin janvier qui confirme l’os accessoire de type 2 et une syndesmose instable avec berges irrégulières et oedeme osseux. Mon médecin du sport décide alors de me mettre en décharge pour quelques semaines pour résoudre le pb. Au bout de 3 semaines la douleur commence à s’atténuer, et au bout de 4 semaines, je n’ai plus mal sur mon os accessoire. Par contre de nouvelles douleurs sont apparues à la frontière os naviculaire / cunéiforme 1 et le docteur me prescrit une infiltration. Le radiologue fait finalement l’infiltration entre le naviculaire et le talus, meme si je n’ai plus mal à cet endroit là, car c’est le plus proche de la syndesmose. Du coup, pas d’effet sur les douleurs. Au bout de 6 semaines je commence à remarcher et là de nouvelles douleurs apparaissent: toujours des douleurs au niveau du naviculaire / cunéiforme + des douleurs sous le pied, en face interne, par contre les douleurs au niveau de la syndesmose ont disparu. Je refais donc une IRM, dont j’ai eu les résultats samedi: « L’oedème osseux des berges de la syndesmose fibreuse s’est nettement atténué. Il est apparu un oedème osseux sous-chondral de la berge scaphoïdienne de l’articulation talo-naviculaire sur son versant interne pouvant expliquer une majoration des douleurs en avant de la syndesmose. Il s’agit de microfissures osseuses d’apparition récente. » Le point positif c’est que l’ablation de l’os accessoire est maintenant exclue vu que cet os ne fait plus mal. Par contre je suis surprise par ce nouvel oedeme / ces fissures car je n’ai quand meme pas beaucoup bougé pendant 2 mois donc comment est-ce possible de fissurer quelque chose sans le déplacer? Et surtout je me demande quand tout ça va enfin être réparé, ca fait quand meme plus de 6 mois depuis la chute initiale. Pour les prochaines étapes, je revois mon médecin du sport dans une semaine et j’ai un rdv avec le chirurgien orthopédique mi-mai. La radiologue me disait qu’il pourrait peut etre me faire une injection de ‘sang filtré’ pour accélérer la cicatrisation. Du coup voici mes questions:
Bonjour à tous,voilà j’ai eu un accident du travail il y a 3 semaines j’ai un un chariot électrique qui m’a roulé sur le pied droit pas de casse apparament mais bon j’ai eu un gros hématome dessus heureusement j’avais mes chaussures de sécurité mais c’est la coquille de celle ci qui ma fait mal et maintenant quee l’hematome est parti j’ai une bosse sur le dessus du côté droit du pied à la jonction des 2 derniers orteils qui ne me fais mal et qui m’empêche de me chausser correctement,je ne voudrais pas qu’il y est une petite fractures pas vue à la radio et que cela se soit mal reconsolidé.Mon médecin me dis que j’ai un écrasement des ligaments mais je sens bien qu’il y a autre chose je voudrais bien qu’elle me fasse passer un scanner,avez vous une idée de quoi cela peut être.Merci et bonne journée.
bonjour nathalie,je souffre également d une aponévrose .j ai vu ce jour un chirurgien orthopédique,qui m a prescrit des ondes de chocs (2 séances par semaines pendant deux mois) et des massages en profondeur plus le renouvellement de mes semelles.par contre il n ai pas favorable a une éventuelle opération car ça ne marche pas vraiment et ça se confirme sur différent forum ! j espère avoir du résultat! je peux comprendre votre souffrance car moi je la subi depuis un an sauf que c est sur un pied…heureusement! dans tout les cas cette pathologie et difficile et longue a soigner!il faut que nous prenions notre mal en patience.je ne vous ai pas apporter une solution mais le fait peut être d avoir eu un petit message cela peu faire du bien.
suite à un accident de moto survenu le 09/11/12, le diagnostic vient de se faire, car malheureusement, après 2 radios, une échographie, ils n’ont pas vu la fracture, ils ont constatés une entorse (3 ligaments touchés dont 2 déchirés) ils ont fait le constat après IRM, donc pas de plâtre, uniquement une botte depuis le 09/11 et que je ne gardais pas constamment
je suis sortie dehors jetter la poubelle, et j’ai pris ma trottinette, j’ai fait de la trottinette avec l’appuie de mon pied gauche, puis après quelques heurs après que j’ai jeter la poubelle, j’ai des fourmillement juste au pied gauche, je ne sais pas si c’est le sol, le goudron, mais c’est toujours constant, je sais pas quoi faire, et je ne veut pas aller voir le médecin juste pour ça…
S’il s’agit bien d’une maladie de Sever, le traitement est simple : porter des semelles et des chaussures qui vont soulager la tension au niveau des tendons d’Achille, apprendre à étirer les tendons et les muscles situés derrière les jambes et les cuisses. Pour que cette dernière thérapeutique soit réellement efficace, elle doit être apprise et mise en place par un kinésithérapeute.
j’ai pris le temps de lire l’ensemble des témoignages et conseils qui ont été ici inscrits et je tiens à vous remercier. Étant actuellement en arrêt longue durée et étant rendu au stade « infiltrations » (après anti-inflammatoires, repos forcé, exercices, ondes de chocs), je suis suivie par un rhumatologue très compétent qui n’hésite pas à prendre le taureau par les cornes en ne perdant pas une semaine pour agir. Demain auront lieu les deuxièmes infiltrations (traitement des deux pieds en même temps) et j’ai pu lire ici que mon cas pouvait potentiellement être différent d’une simple aponévrosite plantaire bilatérale (ce que mon rhumatologue soupçonne fortement). Nous devons faire une IRM si jamais les injections de demain ne suffisent pas , mais au vu de la douleur qui revient violemment à la charge en seulement 5 jours, il y a fort à parier que je passerais par de nouveaux examens.

Mais saviez-vous qu'il existe une astuce toute bête qui permet de rendre ses chaussures beaucoup plus confortables ? Si on connaissait déjà la technique des chaussures dans le congélateur, et celle, du port des chaussures chez soi avec des grosses chaussettes pour détendre le cuir, le site américain PureWow nous apprend aujourd'hui qu'il n'a qu'à plonger dans son sac à main pour trouver l'ingrédient qui permettra de protéger ses pieds. Mais alors, c'est quoi ce petit élément magique ?


Bonjour, je pratique le tennis en compétition et j’ai mis environ un an avant de réaliser que je souffrais d’une tendinite du talon d’Achille. Les symptômes initiaux se caractérisaient par un difficulté à marcher au réveil et des douleur lorsque je portais des chaussures qui appuyaient sur le tendon. Après une échographie et 10 séances de kinésithérapie, j’ai repris le tennis intensivement et au bout de 3 ou 5 séances de 3h la douleur est revenue avec une légère inflammation. Depuis des anti-inflammatoires en phase aiguë et 10 séances d’onde de choc ma douleur a fortement diminué et après 4 semaines d’arrêt sportif, je n’ose plus forcer en entraînement. Quels conseils pourriez vous me donner pour limiter les risques de rechute et retrouver la confiance de mes appuis . Merci
– une modification progressive de la foulée en course avec une attaque du sol par l’avant du pied et une réduction de l’amplitude pour diminuer les chocs ainsi qu’un redressement du dos (faites le test en courant pieds nus et voyez comment votre pied se place naturellement, essayez de faire de même progressivement lors des entraînements) malgré ce qu’on veut nous faire croire, il n’est pas forcément nécessaire de lutter contre la pronation qui n’est autre que le mouvement naturel du pied, il suffit de l’apprivoiser et de s’y adapter.
– je me suis rendue compte il y a peu que mon caractère reflétait de l’introversion (je ne m’étais jamais vraiment posée la question jusqu’ici mais j’ai l’impression parfois d’être tellement à mille lieux de ce que mon copain (Avec qui je suis depuis deux ans) me raconte de sa jeunesse, ses expériences etc. et en fait ça vient de ça, d’être plus portée vers soi que vers les autres etc…
Vous le laissez entendre en posant votre question, si la course à pied déclenche parfois ce type de pathologie, c’est bien souvent le travail qui entretient les douleurs. Aussi, il peut être intéressant d’aménager le poste de travail, d’éviter les positions debout prolongées ou la marche incessante pendant le temps de travail. Là encore, il est intéressant de porter des semelles adaptées aux chaussures de travail qui seront différentes des semelles glissées dans les chaussures de running.
Bonjour, je dois consulter le Dr PREVOT , je n'ai rien lu à son sujet , est ce que quelqu'un a eu une consultation ou opérer par lui, merci , je me suis fais opérer d'une TTA + médialisation + abaissement de la rotule du genou gauche suite à une luxation et subluxation ( par chez moi) sauf que j'ai toujours des douleurs, je ne marche pas correctement et après 15 mois de la chirurgie je recommence juste à travailler en mi-temps, mais cela est très douloureux ( je suis AP dans un hôpital).

Vous avez plus de chances d’avoir des ampoules avec des chaussures neuves qu’avec des chaussures déjà portées (par vous, pas par quelqu’un d’autre). Cela est d’autant plus important que les chaussures sont rigides. Par exemple, des chaussures de trail se font très rapidement par rapport à des chaussures de trek en cuir. Vous pouvez profiter de cette période de « cassage » pour tester les paires de chaussettes qui vont le mieux avec ces chaussures et trouver le bon laçage pour qu’elles soient confortables.
Je viens de lire l’ensemble des commentaires et les explications du Docteur PROVOST . Après deux infiltrations de cortisone ( au départ , il y a 12 mois ) , je suis passée aux ondes de chocs ( 10 ) , 32 séances de kiné ( étirements , MPT, application de glace ) , des exercices quotidiens .. , pas d’amélioration , Mon médecin (rhumatologue ) envisage une injection PRP . Je me demande si c’est la solution . cela fait 18 mois que cela dure , j’ai 55 ans et je peux plus randonner . pas le moral . Je ne comprends pas pourquoi on ne parle pas de l’opération . Pourquoi est -ce la dernière des solutions ? Quels en sont les risques ? je me dis que si j’étais passée par l’opération , je serai valide depuis longtemps . Que de temps ( et d’argent ..) pour rien .
Hormis une hydratation abondante (boire souvent en petite quantité), il n’existe pas vraiment de preuve que l’alimentation joue un rôle sur la pathologie tendineuse mécanique. Beaucoup d’articles sont écrits sur les aliments acides, en autres, qui auraient une part de responsabilité dans la cause ou la chronicité  des tendinopathies … mais sans élément scientifique de bon niveau. Boire abondamment, oui, modifier de fond en comble son alimentation, non.
Bonjour , deux fois par semaine j’accompagne mon ami en discothèque , et a force je ne sais plus comment m’habiller :/ . En couleur j’ai de tout, j’ai des robes noir, des pantalons (slim) noir , bleu , bleu electro, kaki, rose pale , des leggin gris, chocolat, noir mi tissus mi cuir. De gilet court, des longs, des boléro noir, gris. Veste en jean et veste en jean sans manche. En haut des blouses, des débardeurs , haut à paillette , haut simple, chemisier, teeshirt. En chaussure ballerine , botte bi matière , bottine en dain, et les talons ce sont que des talons fermer donc soit par des lacets soit par une petite fermeture sur le coter, des ceinture à strass ou simple ou élastique voilà je ne manque pas de grand chose lol mais le manque d’idée me tue 🙂 si vous avez des modèle ou des idée de tenue je vous remercierai jamais assez ! ( si sa peut vous donner des idée: je fait 1m65, un taille 38 en haut car je fait 95B et un petit 38 en bas, ) voilà merci
Sur le plan thérapeutique, courir avec des chaussures et des semelles parfaitement adaptées, c’est le début de la sagesse. Glacer pendant 20 minutes à la fin des séances puis recommencer avant le coucher, c’est une très bonne technique préventive. Revoir son entrainement avec les conseils d’un entraineur, c’est incontournable. Je vous propose aussi d’être pris en charge régulièrement par un kinésithérapeute qui connait bien les sportifs. Ce kiné pourra mettre en place des traitements manuels et physiques pour calmer la douleur et accélérer la cicatrisation de la blessure tendineuse. Enfin, il surveillera votre technique pour étirer les muscles de la jambe et vous expliquera comment renforcer le triceps sural selon le protocole de Stanish. Une fois les soins terminés, vous devrez reproduire ces techniques après les séances d’entrainement au minimum deux à trois fois par semaine.
En prévention et en traitement des douleurs tendineuses, les étirements musculaires doivent être réalisés régulièrement avant les séances et après le retour au calme. Il n’est pas toujours simple de bien comprendre et réaliser correctement ces étirements. Je conseille pratiquement toujours de commencer par prendre des leçons d’étirement chez un kinésithérapeute qui a l’habitude de suivre les sportifs. Toutes les études scientifiques montrent parfaitement que l’amélioration de la souplesse est le meilleur mode de prévention des blessures chez les sportifs.
Je retourne donc voir mon médecin le 13 aout ou je lui expose que je ne dors pas de la nuit à cause de la douleur que je n’arrive toujours pas à prendre appuie sur mon pied correctement que j’ai très mal, elle me dit de ne pas quitter les béquilles et elle appel à la clinique et me prend un rendez vous avec un orthopédiste, j’ai donc rendez vous le 29 aout.
Bonsoir emma j ai un petit soucis d association de couleur j un mariage dans 1 mois j acheté une robe mauve plutot fonce avec quoi j peux la mettre chaussure sac veste etc.. alors petit détail je suis black et j aimerai beaucoup avoir d l eclat pour l occassion merci pour ton aide sachant k le jaune m fais un peu peur j aime bien l option du bleu klein mais avec k l accesoire merci d avance
Je voudrais témoigner sur l'excellence des soins prodigués à la Clinique du sport à Mérignac. Particulièrement j'ai eu à faire à un Chirurgien SPECIALISTE du dos, le Docteur DESTANDAU, pour un canal étroit et une situation particulièrement difficile. Cet excellent, très intègre, et combien honnête et compétent grand CHIRURGIEN , est connu hors de nos frontières pour sa grandeur d'EXCEPTION.

J’ai fait ine chutr sur ma cheville droite. Après avoir marché dessus pendant un mois (bien que j’ai insisté au près des médecins que j’avais vu que j’avais hyper mal et qur j’avais du mal a levé le pied), om me détecte au scanner une fracture de l’os naviculaire sans déplacement. Je vois un chirurgien orthopédiste qui ne savait plus quoi faire car il me dit que c’est trop tard ( 1 mois après le coup) mais il décide de me plâtré le pied pour 2 semaines .


Bonjour Je viens donner des nouvelles. Finalement je n’ai pas l’os naviculaire fracturé mais un os accessoire naviculaire qui bouge et qui est enflammé suite à mon entorse d’il y à un an.je me fais opérer le 5 juin il va me retirer l’os accessoire et certainement devoir réinsérer le tendon de l’os naviculaire accessoire sur mon os naviculaire. Je repars pour 6 semaines d’immobilisation et de la rééducation mais normalement dans trois mois ce sera enfin finit cette douleur, ce cauchemard… Donc voilà un. An après diagnostic os naviculaire accessoire qui a bougé. Un os accessoire que j’ai depuis ma naissance qui pose généralement pas de problème jusqu’à une blessure. Je me permets d’en parler ici car c’est visiblement peu connu que l’os accessoire naviculaire peut faire mal. C’est une scintigraphie qui a permet de voir du fait de voir les deux pieds. Voilou je donnerai encore des nouvelles plus tard. Merci pr ce site et vos réponses.
Je suis issue d’une famille « sensible » et ma soeur et moi sommes hypersensibles. Enfin moi j’ai mis bcp plus de temps à mettre un mot dessus car je me voilais la face sur toutes ces choses que je ressentais. Et à force que ma soeur m’en parle, j’ai compris que en effet j’étais concernée. Et du coup, je m’écoute davantage et met en place ce qu’il faut pour me protéger des « agressions » et comprends mieux certaines de mes réactions un peu vives.
Même devant la plus jolie paire d’escarpins, même à prix réduit, demandez-vous si leur confort égale leur beauté. Ne choisissez pas des chaussures trop étroites, au bout trop pointu ou pire… pas exactement la bonne pointure! Vous avez peut-être tendance à dire « Oh, ça me fait! Je vais m’habituer» en pliant un peu vos orteils. Mais si vous faites de tels compromis, vous aurez mal aux pieds assurément. Soyez raisonnables et misez sur le confort avant tout.
souffrant du jour au lendemain d’une douleur plantaire j’ai consulté ; diagnostic : aponévrosite et là traitement médicamenteux oral = 0 aucune amélioration ; l’ostéo qui me suit régulièrement m’affirme qu’en une séance il remédiera au mal …………………..rien, nada si ce n’est l’allègement de 50 € !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! je consulte un rhumatologue qui confirme le 1er diagnostic et prescrit une écho pour confirmation………………….en attendant douleurs toujours bien présentent malgré l’arrêt de la marche rapide et des mes séances de « cardio ». Fatigué de ne plus rien faire je vais reprendre le vélo et le rameur pour apprécier si il y a dérouillage du matin + long ou pas. Donc merci pour les commentaires et les info. Hichem
Bonjour il y a 3 semaines lors d’une partie de foot j’ai eu un accrochage qui s’est mal passé. J’ai la 1ere phalange et l’astragale qui me font super mal. Le médecin après m’avoir examiné n’a pas exigé un examen mais m’a seulement prescrits des antibiotiques et une crème pour neutraliser la douleur. Depuis tout ça ben la douleur est toujours presente. J’arrive à marcher mais je sens toujours la douleur. Dois-je continuer ce traitement ou faire autre chose ?? Que me conseillez vous ?

merci de me répondre, non le plâtre ne me serre pas le pied, aujourd’hui je me sens mieux le pied est dégonflé il y a même de l’espace à l’intérieur du plâtre, il faut dire que je dors avec le pied surélevé avec 3 coussins et j’essaie de faire la journée, je prends aussi un anti douleur : XYDOL, le matin mon pied est très bien!, j’ai toujours la sensation du pied endolori la journée sur le dos du pied mais comme vous dites :c’est une mauvaise période qui j’espère, va vite passer!
Grâce à eux, on peut atteindre des sommets sans avoir le pied "cassé". Prendre garde quand même à ce que la cheville soit tenue sous peine d’entorse. Évitez les bottes compensées qui alourdissent la silhouette, choisir plutôt des boots. Les compensées étant des chaussures à talons plutôt massives, elles auront tendance à affiner la jambe et le mollet.
suite pratique intensive course à pied et autres sports , je me suis fait opéré du ménisque externe par la clinique orthopédique de mérignac en 2000 par le Dr Colombet . première opération un échec et obligé de repasser 6 mois après avec 5sem d'arret donc 15jours avec attelle et un genou qui a mis 4 semaines pour dégonfler a coup de vioxx (antiinflammatoire) bref pas génial et bonjour le nbe de consultattion avec dépassement d'honoraire. Toujours des douleurs 6 mois après l'opération j'ai eu des injections dans le genou d'un gel (je mes souviens plus) mais 300€ l'injection et depuis plus de douleurs avec pourtant un 30km trail mais maintenant c'est le dos avec grave probleme de disque L4-L5. le dr Gangnet me propose direct l'arthrodèse. j'ai dit non dans un premier temps connaissant le nbe d'échec de cette opération dans mon entourage. je ne parle pas de la consultation qui s'est entre à 13h45 au lieu de 12h40 bref, la consultation n'a pas permis de répondre a mes interrogations sur cette opération même si il a pris du temps il n'était pas a mon écoute, pas top avec l'estomac sur les talons. en attendant on se fout de ma gueule et je souffre ayant l'air d'un papi de 75 ans alors que j'en ai que 40
oui, effectivement une facture de fatigue de l’os naviculaire peut, provoquer une fracture de fatigue. Dans tous les cas il s’agit probablement d’une surcharge ou d’un stress inhabituel au niveau de cet os. Par ailleurs vous présentez un facteur favorisant, à savoir un traumatisme controlatéral responsable d’une majoration de la charge sur ce pied gauche.
• Oser préciser ses préférences de température. Si vous vous brûlez constamment lorsque vous commandez des boissons, n’hésitez pas à demander de les couper avec du liquide froid ou même de servir votre boisson à température moins élevée ! Par exemple à Starbucks je demande maintenant la température enfant (les baristas savent ce que c’est, ça fait partie des options proposées).
Bonjour le 2 aout j ai fait une entorse a la cheville gauche a la suite de ca j ai eu du repos pendant 3 semaines après j ai attaqué les seance de kine sur septembre quand on a voulu faire les exercices sur le pied on a pas pu continuer et faire que des massages pour soulager mon pied car quand je marché conduisez j avais des douleurs sur le dessus du pied donc le 11 octobre j ai passé un scanner ou la on a vu que j avais un arrachement osseux de 7 mm de l os naviculaire que je pense que j avais avant et ca été pris tard le médecin ma dis de mettre une bande au pied et éviter de marché mais aujourd’hui encore j ai toujours cette douleur qui persiste quand je veux me mettre sur la pointe du pied et quand j essaye de marché normalement et le pied qui craque a l endroit de l arrachement bien sur j ai un peu moin mal qu au debut le 14 novembre je dois voire le spécialiste mais du coup je me pose plein de questions si vous pouvez me donnez votre avis ca m aiderais merci a vous ingrid
Il vaut mieux parler d’adaptation de la pratique sportive et diminuer, quantitativement et qualitativement,  l’entraînement en fonction des douleurs de dérouillage, du matin, au réveil. Ces douleurs, lors des premiers pas, le matin, sont le véritable « thermomètre », outil de mesure,  de la tendinopathie d’Achille. En effet, si un entraînement ne conduit  pas à une augmentation de la  douleur, du lendemain au réveil, on peut valider et autoriser cet entraînement. Inversement, si un entraînement déclenche, le lendemain matin,  une douleur nettement supérieure et plus longue qu’un matin normal, il ne faut pas faire ce type de séance. Cette adaptation de l’entraînement semble la meilleure solution face à une tendinopathie du corps du tendon d’Achille notamment lorsque l’échographie ne montre pas de rupture partielle.
Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de vouloir les porter toute la journée au bureau, puis toute la soirée au resto et enfin toute la nuit sur la piste de danse. D’ailleurs, on admire (et on jalouse fortement) ces filles qui parviennent à arpenter les rues de la ville avec leurs talons durant des heures et on se demande sérieusement comment elles font pour ne pas en souffrir. Mais qu’on se rassure : elles sont aussi humaines que nous et leurs pieds, aussi sensibles que les nôtres.
×