J’ai 53 ans. Je ne suis pas forcément sportive mise à part une bonne marche de temps en temps. Depuis un mois j’ai très mal au tendons d’Achille, surtout le droit, et ce jour et nuit. Mon médecin m’a prescrit des anti-inflammatoires mais rien n’y fait. Ce n’ai pas mon travail de bureau qui me fait faire des efforts pourtant ! Néanmoins, je ne supporte pas de marcher dans la journée, même sur 1 ou 2 km. Et la nuit, quand mes jambes sont censées être au repos, c’est pareil, la douleur me réveille. J’ai mal aussi à mes mollets. Est-ce la douleurs des tendons qui me fait crisper ma jambe ? Est-ce la douleur de la jambe qui a un effet sur les tendons ?


Depuis peu je ressens cette douleur jusque là, inconnu.Je courre entre 30 à 40 km par semaine, et depuis quelque temps cette douleur jonction voute plantaire-talon, encore plus douloureuse au réveil qui met du mal à disparaitre si ce n’est qu’après un espacement de mes séances et qui revient de plus belle, dés la reprise.Que faire je ne sais pas, je lis les différentes expériences, consulter un podologue….voilà, si vous pouvez me conseiller je suis preneur de toutes vos réponse.Merci d’avance.

Délicate question ! Il est clair que la fonction favorise le mouvement, c’est à dire que faire fonctionner un organe ou une articulation améliore son état, pour un tas de raisons physiologiques, parmi lesquelles on retrouve un meilleur graissage articulaire, une meilleure souplesse, de meilleures échanges cellulaires, une meilleure nutrition du cartilage, etc, etc…
Chère Emma, j’ai finalement suivi tes conseils, acheté et emporté une pochette corail. Et comme le soleil a bien voulu être de la partie, et bien c’était bien plus adapté pour apporter un petit air d’été qu’une pochette noire unie ! Ça réveillait le marine et passait très bien avec le bleu Klein. Un genre de color bloc chic/habillé dans lequel je me suis très bien sentie. Merci encore ! Bises.
Bonjour, je vous en prie, tant que je peux aider. Alors voilà de mes nouvelles, :..( mauvaises malheureusement et très deçevantes. Après 6 mois sans sport et en fesant attention au transfert de poids que je mettais sur mon pied fracturé: l’I.R.M m’annonce beaucoup de mauvaises choses: oedemes osseux encore présents, kyste osseux, syndrome du carrefour, remaniement de l’os naviculaire etc… alors que ma dernière I.R.M disait « aucun remaniement de l’os naviculaire…  » donc j’attends l’avis de l’orthopédiste pour savoir ce que je dois faire, ainsi que le votre si vous pouvez me conseillé je vous en supplie. À mon propre avis je ne peux et ne dois pas reprendre un quelconque sport pour le moment. Cela fait presque 1ans que je ne suis pas retourné dans mon club que je paye très cher pour rien, je ne peux ni être remboursé ni laissé ma place à quelqu’un pendant que je suis dispensé. Bref je vous dirais la suite des evenements mais je pense qu’on va m’operé car je ne compte pas attendre encore je ne sais combien de temps, surtout si c’est pour un eventuel nouvel echec. Je ne vous ai pas tout dit en détail mais en gros: ça s’enpire au lieu de s’amelioré. Merci encore a votre site et je vous tiens au courant de mon avancement. Merci aussi aux témoins.
Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de vouloir les porter toute la journée au bureau, puis toute la soirée au resto et enfin toute la nuit sur la piste de danse. D’ailleurs, on admire (et on jalouse fortement) ces filles qui parviennent à arpenter les rues de la ville avec leurs talons durant des heures et on se demande sérieusement comment elles font pour ne pas en souffrir. Mais qu’on se rassure : elles sont aussi humaines que nous et leurs pieds, aussi sensibles que les nôtres.

Le second médecin « aux urgences », m’as fait faire une prise de sang, avec un taux de d-dimères un peu élevé 1.14 et une baisse légère de plaquette 148 000, de nouveau une radio « on ne voit rien », il m’as prescrit d’autre antalgique « que je ne supporte toujours pas » et paracétamol, un écho Doppler « qui est négatif », ainsi qu’une attèle maleo « Chevillère élastique proprioceptive » et béquille. Lui pense aux tarses mais sans précision « sauf un début de phlébite mais négatif ».


SUPER CLINIQUE, tres grand spécialiste des genoux, ils oéprent que quand cela est nécessaire et ne pousse pas si cela peut être évité, grand médecin LE DC BOUSQUET et qui plus est très gentil: seul bémol!! le temps d'hospitalisation un peu court!! 36 heures aprés une ligamentoplastie du genou, tu es chez toi; avec les risques de phlébite !!!! sinon clinique a recommander
Les talons galbent vos jambes, ils affinent votre silhouette et vous donnent de l’allure. Quoi de plus normal que d’aimer les porter. Ils peuvent donner du style à un grand nombre de tenues. Finalement, on peut dire que les chaussures à talons sont au coeur de votre style car elles vous rendent élégantes, féminines, plus sûr de vous. Le défi est bien sûr de savoir les porter et même de les supporter pour ne plus avoir mal aux pieds en talons.
S’habiller pour sortir en boite de nuit n’est pas une chose facile. Une fois de plus, il est très commun de voir des filles en robe noire et escarpins noirs… Il y a plus inventif pour se sentir sexy et stylée ! A vos armoires, mes chères lectrices, car je suis sure que vous avez tout ce qu’il faut pour vous concocter LE look très stylé pour sortir.
Bonjour, je dois prendre rdv avec un spécialiste du genou à la Clinique du sport (je n'habite pas très loin) car je n'ai plus de cartilage et j'ai de l'arthrose sèche et un autre truc que j'ai eu du mal à comprendre. J'ai 51 ans et on me dit "trop jeune" (c'est un comble)pour une pose de prothèse. Le spécialiste que j'ai vu me propose une opération qui a pour but de réaligner ma jambe pour soulager la partie sans cartilage en fracturant le fémur .......! Là, y'a des blancs car j'avoue que j'ai déconnectée!
Comme l'explique PureWow, tout ce qu'il vous faut, c'est un soin pour les lèvres type Labello. En effet, ce genre de stick est gras. Quand on le dépose sur les endroits des pieds qui nous font souffrir, le soin - qui joue aussi un rôle de protecteur - va créer une surface glissante. Les chaussures ne pourront donc plus appuyer et serrer. Grâce à cette astuce, vos pieds vont s'habituer plus rapidement aux chaussures et vous n'aurez pas besoin de vous séparer d'elles !
Votre robe étant bleu marine, quasiment toutes les couleurs conviendront, car c’est une couleur basique et intemporelle. Son côté classique fait que vous pourrez miser sur des accessoires plus vifs. Pour un mariage, du rose, du rouge, du corail seront parfaits. Pour en découvrir plus sur la façon d’associer les couleurs, je vous invite à lire cet article : https://www.bienhabillee.com/comment-porter-la-couleur/. A très vite !
L’échographie vous a donné les raisons de vos douleurs au tendon d’Achille : il s’agit d’une tendinopathie nodulaire du corps du tendon. Ces nodules sont le résultat de la cicatrisation « hypertrophique » de ruptures partielles du tendon. Le traitement médical consiste à tenter de remettre la fibrose et les fibres tendineuses situées dans les nodules dans le bon chemin en rendant la cicatrisation moins anarchique. Massages transverses profonds (MTP), ondes de choc et étirements sont les traitements les mieux adaptés pour « réactiver » la cicatrisation. Il est donc très important que vous soyez pris en charge régulièrement deux à trois fois par semaine par un kinésithérapeute qui connaît bien les sportifs.
La douleur que vous décrivez est sans doute due à une lésion du tendon d’Achille. Vous avez bien fait de glacer et de traiter par anti-inflammatoires locaux. Mais je ne vous conseille pas de courir sur la douleur tant qu’un diagnostic précis n’aura pas été fait. Il me semble important que vous consultiez rapidement votre médecin traitant ou bien un médecin du sport qui, à la suite de l’examen clinique, vous prescriront une échographie. Cet examen permettra de localiser la lésion : au niveau de la jonction du tendon avec l’os, au niveau du tendon, au niveau de la jonction du tendon avec le muscle. Cela nous permettra de vous donner un diagnostic précis et surtout de mettre en place des traitements parfaitement adaptés pour vous soigner. En attendant la consultation médicale et l’échographie, je vous propose de marcher avec des béquilles en posant le pied mais sans mettre tout votre poids à l’appui.
Merci beaucoup, Marina ! Elle est très jolie la veste que vous proposez en lien, mais j’ai peur qu’il fasse déjà un peu chaud pour une veste plus épaisse et manches longues comme celle-ci (la mariage est dans le sud). Je me sentirais peut-être plus à l’aise avec une veste plus légère manche 3/4. A votre avis, le gilet dans l’esprit du Caroll du lien pourrait fonctionner ? “Calmer le jeu” si je comprends bien, c’est positif, non ? 🙂 Encore merci !
Je les avais observés à la dérobée, à la fois fasciné et effrayé. De dos, le spectacle était encore plus saisissant. La directrice avançait d’un pas assuré au rythme du claquement de ses talons hauts, la fine couture de ses bas soulignant le galbe fin de ses mollets en mouvement. Lui trottinait à ses côtés, trébuchant et se tortillant comme un ver sous la douloureuse traction subie par son oreille. Au fond bien rempli de sa culotte courte d’uniforme, il n’était pas difficile d’imaginer que cet endroit serait bientôt mis à nu pour favoriser le douloureux exercice des lanières serpentines de cuir.
Avec le temps on s’apprivoise donc ça va beaucoup mieux qu’au début mais c’est quand même dur d’avoir l’impression d’être une « extra-terrestre » ou d’être dans un certain sens passée un peu à côté de sa vie car je n’aimais pas aller aux fêtes, les boîtes de nuit etc. par ex, je n’ai jamais eu une bande d’amis mais des amis malgré tout – contrairement à lui.
Bref. Du coup à part le goût tous les volets (spécialement l’odorat) éveillent beaucoup de souvenirs de tentatives pour réparer ces situations pénibles et la perplexité que ça éveille chez les autres. Notamment sur la température…Quand on ne supporte pas quand la température est trop extrême, que ce soit dans le chaud ou le froid, on se prend une volée de remarques sur le fait qu’on est trop chochotte. Sur ce point-là(où il est difficile de cacher son hypersensibilité), c’est ce que je trouve le plus difficile à vivre, au quotidien et avec des tierces personnes.
Je n’ai plus de plâtre depuis le 8 février soit depuis plus d’un mois… Depuis ce jour j’ai une botte orthopédique, des béquilles et de la kine (3 séances par semaine) mais je ne marche toujours pas bien que je puisse poser le pied sans poids du corps… J’ai encore des douleurs importantes le pied qui gonfle etc et je suis inquiète car je pensais déjà remarcher à ce moment du suivi.. Je revois le chirurgien le 21 mars et je suis sensée enlevée la botte ce jour mais j’appréhende car au vu de mes douleurs et de mes difficultés à me déplacer j’ai du mal à savoir quand je pourrais remarcher et… monter à cheval ! Les kinés ne me répondent jamais franchement et me disent toujours « bientot » mais en attendant je souffre et je suis bien embêtée dans mon quotidien… Peut être pourriez vous m’éclairer et me rassurer quant à la suite… Je me demande quand je pourrais remarcher normalement (sans douleurs et sans boiter) et surtout me remettre en selle !
Essayez le CHU de Libourne : très bon service orthopédique et très bons chirurgiens. Pas de dépassement d'honoraires, prise en charge à 100% par la SS, y compris en chambre individuelle. Le "hic" (pour certains), c'est que pour une ligamentoplastie du genou, c'est plus de 5 jours d'hosto mais perso je préférais ça à renter chez moi et devoir me débrouiller seul. La rééducation commence dès le lendemain matin et c'est très bon pour le moral !
bonjour,,,il a fallu que je tombe sur votre article pour enfin comprendre,,,à 65ans il n’est jamais trop tard,,,super migraines,,,toutes les odeurs,,,le bruit,,,la foule,,,les lumières artificielles,,,les vetements et surtout,surtout l’emotionnel,,jusqu à tomber en état de sidération,,,pleurer,,,étouffer,,,oui;;tout cela je le vis depuis toujours,,,des situations émotionnelles jusqu à me rendre malade,,,et si au quotidien dormir avec la lune m’enchante,,,je ne supporte pas le bruit,,pas davantage les boules dans les oreilles car là c’est mon corps que j’entends et le moindre mouvement étranger me donne des envies de dormir seule,,c’est le plus facile,,choisir une vie simple proche de la nature,,,peu de monde ou juste celui choisit,,,fuir avant le choc émotionnel,,,méditation,,,yoga,,,voilà mes solutions,,,merci pour cet article et merci à tous ceux qui ont partagés leur commentaire,,,ainsi je me sens moins bizarre,,,
Hélas ! qu’avais-je gagné au change ? Une illusion car cette femme fessait avec une vigueur surprenante. Cependant, la douleur vive et pénétrante que délivraient ses doigts fins et durs comme des baguettes s’apparentait plus à des cinglons qu’à ces grandes claques bruyantes que provoque le plat d’une large paume sur la chair nue. Connaissant d’expérience les limites de mon endurance aux fessées, je serrai les dents et m’agrippai à la chaise comptant sur ma fierté pour tenir bon en présence du jeune homme.
oui, effectivement une facture de fatigue de l’os naviculaire peut, provoquer une fracture de fatigue. Dans tous les cas il s’agit probablement d’une surcharge ou d’un stress inhabituel au niveau de cet os. Par ailleurs vous présentez un facteur favorisant, à savoir un traumatisme controlatéral responsable d’une majoration de la charge sur ce pied gauche.
J ai de très forte douleur à l arrière de mes deux talon mais beaucoup plus fort au droit.j ai du mal à poser mon pied au sol si je le repose à près le travail tant qu’ il est échauffer ça va mais des qu’ il est en repos c une douleur vive.le pire est le matin quand je me lève mon pied me fait tellement mal qu’ il me faut du temps pour le posé. Qu’ en penser vous et sue doit je faire. Merci
Ignorant toujours ma présence, la directrice se dirigea vers son bureau où elle saisit le bulletin rose de punition à côté du martinet. C’est alors seulement qu’elle daigna planter ses yeux sur moi et m’ordonna d’approcher. La sévérité de son regard me transit net. Tout se brouilla dans mon esprit tandis que je m’avançais péniblement. J’avais l’impression désagréable que le jeune homme me dévisageait crûment avec insistance sans l’ombre d’un embarras.
×