En cas de tendinopathie, l’interrogatoire du sportif est essentiel pour apprécier et préciser la gravité ou le retentissement fonctionnel des phénomènes douloureux sur l’activité physique mais aussi sur les activités de la vie courante (déplacements, travail). Nous utilisons la classification de Leadbetter qui a l’intérêt d’associer les critères d’évaluation de la gêne fonctionnelle et la durée d’évolution de l’atteinte tendineuse.
Suite à cela , j’ai eu 4semaines de kinésithérapie pour « casser la cicatrice » de façon à ce que l’aponévrose cicatrise dans le sens des fibres. (Kiné très douloureuse d’ailleurs). Le kiné ne m’a pas contre indiqué les activités sportives si ça ne me faisait pas mal. ( contradictoire avec d’autres avis que j’ai eus.. donc J’ai tout de même stoppé complètement la course pour le vélo (rpm en salle) depuis)
bonjour il y a 2 semaine, je me suis fait mal au pied on jouant au foot. je voulais intercepter le ballon et j’ai voulu changer de direction et j’ai posé mon pied d’appui entre une touffe herbe et la terre ( c’est un terrain en mauvaise état ) et j’ai senti mon pied se tordre, je pensais que c’était une foulure mais non. je marchais on boitant la douleur sur 10 était de 4 j’ai senti après que j’était refroidi que la douleur était passé de 4 à 8, je marchais plus on boitant mais on sautillant j’ai mis mon pied dans la glace je pouvait difficilement faire un mouvement vers le haut et vers le bas pendant 3 jour j’avais une douleur assez constant. et depuis sa c’est calmer mais une douleur sur un point précis persiste et quand je marche sa me fait pas mal et au bout d’un certain temps une légère douleur j’ai remarquer aussi quand je veut faire un mouvement vers le haut avec mon pied sans avoir marcher la douleur est là. j’ai fait des recherches et c’est au niveau de l’astragale ou du talus je ne sais pas très bien le situer sur une image.

Bonjour le 2 aout j ai fait une entorse a la cheville gauche a la suite de ca j ai eu du repos pendant 3 semaines après j ai attaqué les seance de kine sur septembre quand on a voulu faire les exercices sur le pied on a pas pu continuer et faire que des massages pour soulager mon pied car quand je marché conduisez j avais des douleurs sur le dessus du pied donc le 11 octobre j ai passé un scanner ou la on a vu que j avais un arrachement osseux de 7 mm de l os naviculaire que je pense que j avais avant et ca été pris tard le médecin ma dis de mettre une bande au pied et éviter de marché mais aujourd’hui encore j ai toujours cette douleur qui persiste quand je veux me mettre sur la pointe du pied et quand j essaye de marché normalement et le pied qui craque a l endroit de l arrachement bien sur j ai un peu moin mal qu au debut le 14 novembre je dois voire le spécialiste mais du coup je me pose plein de questions si vous pouvez me donnez votre avis ca m aiderais merci a vous ingrid
Quand on sait qu’on va porter nos escarpins toute la soirée, on prévoit facilement l’arrivée des douleurs et on s’arme en conséquence. Du coup, on mise sur des semelles en silicone anti-dérapantes qui maintiennent le pied en place. Sans oublier les coussinets en gel transparent pour protéger le tendon, car ce dernier s’irrite très facilement et est particulièrement sujet aux ampoules. On en trouve aussi bien en pharmacie que sur des sites comme Asos ou New Look. C'est tout simplement magique.
Suite à une grosse entorse du genou droit,survenue le 08/07/2012,je suis allé aux urgences d'Angoulême (hpt de girac),m'ont passe une radio pour me dire qu'il n'y avait pas cassure.mon genou me faisse énormément mal,très gonflé ,impossible de marcher sans béquille .au bout de 3 semaines,et après 4 spécialistes ,le dernier m'a fait une ponction .depuis je marche un petit peu mieux.j'aimerai me faire voir par un des spécialiste de la clinique de bordeaux,mais lequel?sachant que je fait beaucoup de velo(+de12000 km/an).merci a ceux qui pourront me répondre.
J’ai repris le sport très progressivement, j’ai aussi été faire des scéances de khinésithérapie, j’ai fais des prises de sang et revu le rhumatologue qui m’a dis d’oublier toute les I.R.M que j’ai passées et tout ce que le chirurgien m’avait dit, et m’a dis que je pouvais reprendre le travail et le sport sans problèmes. J’ai suivi ses conseils, (quand je marchais j’avais mal et je lui ai bien précisé). J’ai recherché du travail, (en vain et c’est compréhensible quand ils voient sur mon c.v un trou d’un an sans travail, les patrons sont rétissants) BREF j’ai repris le sport progressivement en commençant par le vélo, des scéances de plus en plus longues, je n’avais que de très petits douleurs (par rapport à quand je ne fais rien où j’ai une minuscule douleur mais qui est assez forte pour que j’y pense), j’ai fais de la marche rapide et de la course très lente en scéances de plus en plus longues et en ecoutant ma douleur (donc quand j’avais mal j’arrêtais la scéance avant de l’avoir terminée). Les douleurs et les gonflements sont revenus mais se calmaient lorsque j’appliquais du gel anti-inflammatoire. Jusqu’à hier soir où après une petite scéance de footing (je m’échaufe très bien avant et m’étire bien en faisant toujours le plus attention possible à la douleur), j’ai eu la même douleur que le jour où mon pied s’est cassé (à peine moins forte)! J’ai voulu aller aux urgences comme j’avais fais le jour de la fracture mais je n’y suis pas aller, j’ai attendu aujourd’hui pour voir si miraculeusement la douleur partirait pendant la nuit après m’être mis de la glace une vingtaine de minutes et m’être masser le pied doucement et longuement avec du gel anti-inflammatoire. Mais non je me suis reveillé et levé, je peux marcher en m’appuyant sur le coté externe de mon pied blessé mais pas en position normale et surtout pas sur le coté interne! Je vais retourné voir le medecin pour lui expliquer. Je vous tiendrais au courant si un jour mon pied redeviendra bien, sinon en attendant il est peut-être gênant pour le site que j’ecrive à chaque fois des textes aussi longs alors j’arrêterais de vous tenir au couran, sauf si mes messages vous aides en quoi que ce soit mais bon je ne pense pas.
Voila il y a un an j’ai eu un arrachement osseux du scarfoide tarsien du a un objet en fonte tomber pile dessus,j’ai été platré un peu plus d’un mois avec kiné pendant 2 mois. Tout aller bien jusqu’à il ya plusieurs semaine ou je ressens de vive douleur dans le pied en question a la montee ou descente d’un escalier ou d’une simple pente, a la suite d’un repos assise ou coucher quand je me leve il m’est presque impossible de marcher tellement la douleur est vive ça dure un moment puis a force de marcher cela s’arrete , ou suite a une longue marche ou la douleur va la me monter jusqu ‘ au genou, il m’est meme impossible de tirer dans un simple ballon . Comme on est en plein hiver je me demande si ce ne sont pas des rhumatismes mais je me pose des questions tout de meme car cela devient vraiment handicapant.
Le 20 novembre dernier, suite à une chute durant un entrainement de boxe, je me suis cassé l’os naviculaire gauche. Au départ seule l’entorse avait été observée, j’ai été plâtrée durant 30 jours. Depuis les scanners effectués tous les 2 mois montrent toujours une fracture, et aujourd’hui, après presque 10 mois d’arrêt j’apprends que la fracture est idem avec en plus un début de nécrose de l’os.
Pour soulager l’avant de vos pieds, la partie la plus sollicitée lorsque vous portez des talons hauts, il existe coussinets faits pour réduire les chocs et donc la douleur. Vous en trouverez en cuir, respirants, mais à privilégier avec des chaussures fermées. Les modèles les moins chers, en silicone, sont également très efficaces et peuvent se porter avec des sandales d'été par exemple.

Bonjour, première séance de kiné faîte aujourd’hui ! J’y vais une fois par semaine pour exercices et massages de la cicatrice ! Et après des semelles car j’ai un pied plat maintenant.J’ai lu que au mieux, il y aurais seulement de l’arthrose et au pire une arthrodèse. Mais je suis jeune ( 14 ans ! ) alors est-ce que dans mon cas j’aurais ni l’un ni l’autre ?

Dans le même esprit, on ne se lance pas de but en blanc avec une paire vertigineuse. Vouloir absolument porter des talons le jour de son mariage , pourquoi pas, mais mieux vaut alors y être habituée. En effet, les talons demandent un certain entrainement, comme le constate Hélène: "Je n'ai jamais eu de mal à porter des talons, mais je fais de la danse depuis que je suis toute petite, ça aide. Notamment les exercices pour travailler la plante et le coup de pieds en les faisant rouler sur une balle de tennis." 
On y pense moins souvent, mais l’ajout d’une semelle intérieure permet bien souvent une meilleure adhérence de votre pied dans la chaussure. Vous êtes mieux soutenue et votre marche est plus assurée. Si votre chaussure est un peu trop grande mais que vous avez quand même craqué, cette semelle sera aussi la bienvenue. C’est également tout bon si vous souhaitez éviter de transpirer, choisissez alors une semelle en cuir qui supportera beaucoup mieux la sudation.

Il est vrai qu’une simple aponévrosite devrait être en partie améliorée par dix séances de soins. En parlant de « talalgie », le kinésithérapeute qui vous a pris en charge évoque plutôt une atteinte osseuse au niveau du calcanéum. Ceci nous oriente vers une pathologie de « surmenage » osseux : œdème osseux ou bien fracture de fatigue par exemple. Il serait donc intéressant de compléter les examens radiologiques par une IRM centrée sur la zone douloureuse pour éliminer une atteinte des différents os de l’arrière-pied ou bien du médio-pied. Si l’IRM est rassurante, il faudra poursuivre les étirements des muscles du système suro-achilléo-plantaire et laisser le kinésithérapeute « travailler » sur la zone cicatricielle de l’aponévrose plantaire.
Je n’hésiterais pas une seconde à mettre en beau rouge à lèvres pour apporter de la gaieté à l’ensemble. Après tout un mariage est un événement festif ! Par-dessus, pourquoi pas une cape bleu marine ou un beau manteau camel ? Deux coloris faciles à remettre par la suite et qui s’accordent bien avec vos chaussures rouges. En tout cas pas de noir, c’est trop sérieux. A très vite !
La douleur que vous décrivez est sans doute due à une lésion du tendon d’Achille. Vous avez bien fait de glacer et de traiter par anti-inflammatoires locaux. Mais je ne vous conseille pas de courir sur la douleur tant qu’un diagnostic précis n’aura pas été fait. Il me semble important que vous consultiez rapidement votre médecin traitant ou bien un médecin du sport qui, à la suite de l’examen clinique, vous prescriront une échographie. Cet examen permettra de localiser la lésion : au niveau de la jonction du tendon avec l’os, au niveau du tendon, au niveau de la jonction du tendon avec le muscle. Cela nous permettra de vous donner un diagnostic précis et surtout de mettre en place des traitements parfaitement adaptés pour vous soigner. En attendant la consultation médicale et l’échographie, je vous propose de marcher avec des béquilles en posant le pied mais sans mettre tout votre poids à l’appui.
Renforcez la peau de vos pieds. Cela permet de retarder l’apparition d’ampoules. Pour cela, le plus simple est de marcher. Plus vous marchez, plus la peau de vos pieds s’épaissit et s’endurcit. Si vous ne randonnez pas souvent, marchez avec vos chaussures de randonnée de temps en temps dans la vie de tous les jours ou marchez pieds nus. Certains vont jusqu’à utiliser du jus de citron, de la Bétadine ou de la pierre d’alun pour se durcir la peau des pieds.
N’oubliez pas les bas ! Les femmes n’apparaissaient jamais en public avec des jambes nues. Si vous ne trouvez pas de bas couture (avec une ligne de couture visible), il vous est possible de tricher en dessinant le long de l’arrière de vos jambes une ligne au crayon de maquillage sec noir sous votre collant semi opaque, l’illusion est amusante et assez réussie !

Cependant, demeurait une inconnue dont je n’avais pas réussi à me débarrasser : c’était la rumeur troublante concernant les deux jeunes nièces de la directrice. Je les connaissais de vue pour les croiser de temps à autre, non sans un pincement de cœur lorsqu’elles venaient voir leur directrice de tante. Elles étaient tellement mignonnes ! Moi, comme mes camarades, on en pinçait pour elles.
J’ai eu mon accident il y a 2 mois. Le chirurgien ne voit pas d’évolution à la radio et il m’est toujours impossible de marcher sans béquilles, la douleure est trop forte. Mon médecin m’a parlé de retard de consolidation. Mon kiné me dit que si et seulement si la consolidation se fait courant le mois de juin qui arrive. Je peux espérer être tranquille pour aout !
J’ai besoin de votre aide, Je me suis fait une entorse de la cheville gauche le 15 décembre 2016, traité avec une attelle, au bout de 2 séances de kiné, ce dernier a suspecté une fracture au niveau du scaphoide car de vives douleurs sur le dessus du pied, et un hématome depuis l’entorse en dessous du pied, qui avait été montrer au chirurgien qui a dit que c’était à cause de la « gravité ». Bref, j’ai immédiatement fait une radio, et BIM résultats, doute sur une fissure du scaphoide interne tarsien.
J’ai ressenti une douleur au tendon en courant dans les bois, hier j’ai eue un match de foot durant lequel j’avais mal mais c’était suportable, or après la douche la douleur été multiplié, et aujourd’hui je ressent comme un grincement du tendon quant je bouge me cheville et j’ai très mal a marcher et dessendre les escalier, je commence a avoir peur de la rupture, mais je n’ai aucune idée de ce que j’ai exactement, merci de m’aider
Chez les sportifs, la meilleure prévention de toutes les blessures est la recherche quotidienne de l’entretien ou de l’amélioration de la souplesse des articulations, des tendons et des muscles. En ce sens, tous les étirements sont bons pour éviter les tendinopathies comme la tendinopathie d’Achille. Il ne suffit pas d’étirer les muscles situés derrière la jambe. Il est tout aussi important d’étirer les chaines musculaires postérieures (tibiaux postérieurs, ischio-jambiers et spinaux) mais aussi les muscles des chaines antérieures (jambiers antérieurs, quadriceps et psoas). S’assouplir est un sport de combat qu’il faut pratiquer tous les jours…

J’ai éssayé il y a un mois les ondes de chocs qui n’ont rien donné… jusqu’à qu’on change un peu le protocole de soin en accord avec le kiné. Le souci est que les ondes de chocs n’étaient pas assez fortes at appuyées pour provoquer une inflammation suffisante de l’aponévrose. Après 3 séances à « dérouiller » lors des ondes de chocs, c’est le jour et la nuit et je me remets à espérer ! Bref, plus aucune douleur le matin au réveil. Je n’ai pas essayé de recourir mais je vais me donner le temps avant de reprendre la course à pied.


Trois ans plus tard, j’ai une tendinite d’insertion récalcitrante. J’ai à peu près tout essayé : anti-inflammatoires oraux et en patch, glaçage, kiné classique, Stanish, talonnettes, semelles orthopédiques, acupuncture, massages transverses profonds, ondes de choc (12 séances). Récemment, pendant 3-4 semaines j’ai immobilisé avec une botte de marche, ce qui m’a soulagé provisoirement, mais sans effet à long terme. J’ai complètement arrêté la course et l’escalade ; je continue vélo, piscine, préparation physique générale, en essayant de ne pas solliciter le tendon d’Achille.
×