Merci pour la description précise de vos douleurs. Sans trop se tromper, il est logique d’envisager chez vous une lésion au niveau de la jonction du corps musculaire du triceps sural et du tendon calcanéen. Une échographie serait intéressante et contributive pour mieux analyser la localisation, l’étendue et le type de la lésion. Elle nous permettra surtout de mettre en place un traitement parfaitement adapté : s’agit-il d’une atteinte plutôt musculaire ou d’une atteinte plutôt tendineuse ?
Je vous conseille donc de consulter un médecin du sport qui au vu de son examen clinique vous orientera en premier lieu vers une échographie s’il pense qu’il s’agit d’une simple atteinte tendineuse ou ligamentaire. Si l’échographie est négative, il ne faudra pas hésiter à envisager une IRM qui donnera des éléments très précis au niveau des différents os du pied. Le pied est une structure mécanique très complexe qui, chez tous les sportifs mais en priorité chez le coureur à pied, peut être victime de contusions osseuses ou bien de fractures de fatigue.
L’autre élève était le plus jeune. Sous sa chevelure blonde et bouclée il avait gardé le visage enfantin d’angelot que chiffonnait l’inquiétude. D’une voix timide, il nous confia qu’il était ici à cause de retards chroniques alors qu’il habitait tout près du collège. Deux avertissements assortis de mises en pénitence à genoux durant les récréations étaient demeurés sans effet. Il avait l’air manifestement plus perturbé que moi, sans doute victime de l’influence des grands élèves des classes supérieures.
Avec la complicité des orfèvres, les différentes sortes de souliers à boucles prirent une apparence raffinée. Le talon devint plus haut, fut recouvert de strass ou de pierres précieuses, pour les souliers les plus luxueux. Les robes du soir devaient être accompagnées de fines chaussures de brocart or et argenté ou de soie de couleurs éclatantes. Les costumes sobres de matinée étaient accompagnés d’escarpins, de chaussures à brides, de chaussures basses ou de bottines d’atlas noir, de moire ou de velours ».
Pensez à la couleur ! Certes une belle robe noire sera parfaite mais seulement portée avec des accessoires qui contrastent. Lors des beaux jours, osez la couleur et les imprimés. La couleur saura mettre en valeur votre teint, et vous distinguera de toutes les autres femmes. Si vous ne savez pas comment porter la couleur, reportez-vous à mon article : Comment associer les couleurs entre elles.

bonjour, je n’ai pas parcouru tous les commentaires, j’ai vu qu’il était question de l’autisme, mais je vais ici vous parler des SURDOUES ( ou personnes à haut potentiel, ou intellectuellement précoce…). J’ai 43 ans, et je sais que je suis surdouée depuis seulement qq années. J’ai deux enfants, également surdoués, et j’observe chez eux la même hypersensibilité que chez moi, qui est complètement typique des « zèbres ». Une très forte sensibilité aux odeurs, depuis tt-petits, un rapport très particulier à l’alimentation, et un dégoût qui peut survenir du jour au lendemain, lorsque les sens sont vraiment trop sollicités. Par ailleurs, ils sont capables (et moi aussi) de reconnaître au nez et au goût une épice inconnue de tous leurs camarades… Une très forte intolérance à la douleur pour mon fils et moi (qu’est-ce que j’ai entendu comme moqueries lorsque j’étais petite ! « petite nature » et autres qualificatifs plutôt dégradants). Une peau qui ne supporte rien, qui gratte, qui rougit, qui marque, qui sèche…
Les douleurs sont toujours présentes alors que j’arrive bientôt à un mois après l’opération.. Ce qui est dur aussi c’est le moral, l’immobilité (pour moi qui suis de nature plutôt active), il n’y a rien de pire et puis même si le plâtre c’est fini dans 2 semaines il y aura encore la botte orthopédique et la rééducation mais d’ici la je pourrais reprendre le travail !
Je suis autiste Asperger et donc hypersensible et hyperesthésique, alors je me reconnais complètement dans ton article. J’ai été officiellement diagnostiquée cette année (j’ai 35 ans) et avant le diagnostique j’avais du mal à identifier pourquoi j’étais constamment épuisée, irritée et déconcentrée mais depuis que j’ai mis un nom sur ma différence et que j’ai enfin compris pourquoi je me fatiguais très vite quand d’autres pouvaient tenir des heures dans des endroits bondés et bruyants (par exemple) j’ai décidé de commencer à faire des choix et adapter mon mode de vie, bref à m’écouter afin de m’économiser un peu. Ce n’est pas toujours évident mais j’essaie de faire au mieux. Et tant pis si ça ne plait pas aux autres 😉 Par contre je ne savais pas qu’il existait des casques audio avec une fonction réducteur de bruit ? As-tu des références à me conseiller ? Merci d’avance et merci pour cet article ^^

ce matin je me suis levé avec une douleur peu supportable sous le dessous du pied intérieur et cette grosseur sur le dessus du pied qui est assez dur et dès que j’appuie sur cette grosseur la douleur ce fait beaucoup plus vif en dessous du pied, j’ai vraiment beaucoup de mal à marcher, cette douleur est constante que ce soit au repos ou à la marche, mais se fait ressentir plus fort à la marche. Je me demande si c’est normal ou si il faut que je consulte en urgence ?


Les péritendinites : le traitement de cette inflammation du péritendon est centré, bien évidement puisqu’il s’agit d’une inflammation,  sur les anti-inflammatoires : traitement local (glace, gel anti inflammatoire, tissu ou pansement aux anti-inflammatoires,  …), traitement général (c’est-à-dire anti-inflammatoire par la bouche) et le repos sportif de quelques jours. Généralement, ces péritendinites ont une évolution  courte et l’on obtient assez facilement une guérison. C’est la douleur d’Achille « la plus sympathique »  pour un sportif.
C’est drôle, je n’aurais jamais mis un nom là-dessus(mais j’ai du mal avec l’auto-diagnostic -pour moi je veux dire, je trouve très bien que d’autres personnes parviennent avec confiance à mettre des mots sur ce qu’ils vivent-, j’ai l’impression de ne pas être légitime. Pour ça, le SA ou tout autre chose…J’aimerais franchir ce pas pourtant), j’ai toujours considéré que j’étais juste un peu pénible et un peu spéciale sur certains trucs que j’avais du mal à supporter. Instinctivement j’ai trouvé des trucs (souvent similaires à ceux que tu utilises d’ailleurs, mais pas tous, donc merci :)) pour me rendre la vie plus facile après avoir compris que je n’arriverai pas à « passer au-dessus » -l’expression favorite du jugement, « passer au-dessus »…-.
Bonjour ! Je cours depuis le mois de janvier (peu, deux à trois fois par semaine, entre 20 et 30 minutes), et mercredi soir, je n’ai pu courrir que 9 petite minutes car une douleur est apparue sur le côté exterieur de mon pieds gauche . Cette douleur ne passe pas. Elle est plus vive le matin, lors des premiers pas de la journée, et lorsque je me relève après être restée assise longtemps. Il me semble que l’exterieur de mon pied est légèrement enflé. Je n’ose pas consulter pour si peu, avez-vous une petite idée ? Merci !
Lorsque ces différents traitements médicaux n’ont pas réussi à soulager les douleurs et à améliorer les possibilités de déplacement, la chirurgie doit être envisagée. Nous limitons les indications opératoires aux sportifs professionnels ou bien aux sportifs intensifs très motivés. En effet la certitude de revenir à un niveau comparable à celui d’avant l’apparition de la tendinopathie est toujours aléatoire.
Elle ressemble (un peu) à celle-ci, sauf qu’elle est plus longue (elle doit m’arriver aux genoux, puis je suis petite), fushia un peu plus foncé, le haut est avec des motifs effet 3D, la taille est très resserrée, avec un très beau ruban et noeud sur le côté (quelques strass au milieu du noeud). Je n’ai pas de photo car la couturière du magasin est en train de me la refaire sur mesure, elle était trop large pour moi. Je l’aurais la semaine prochaine!
Effectivement, mais je faisais un minimum de sport auparavant malgré tout.. Dès que je marche et prend appuie sur ce pied, je ressens une douleur. En prenant seulement appui sur le haut du pied, la douleur diminue. Si je j’appuie sur la zone avec mes mains, pas de douleur. La douleur arrive quand je me sers du pied pour prendre une impulsion et/ou prendre une autre direction en marchant.
Bonjour, je suis invité à un mariage dans 2 semaines. J’ai craqué pour une robe noire patineuse je sais apparament pas top pour un mariage, le haut cintré et le bas fait comme un nid d’abeille j’ai pris des chaussures noires aussi avec un petit v dessus doré, la veste je sais pas si j’ai bien fais elle est rose clair courte avec boutons dorés genre officier quel accessoires avec en bijoux et couleur des collants svp
Bonjour, je suis en arrêt depuis juin 2016. Suite à une entorse de lisfranc. J’ai eu une lésion du cuboiide gauche. J’ai porté une bonne hortopedique durant plusieurs mois. En janvier 2017 on me diagnostiquait de lalghodistrophie suite à cette entorse. En octobre 2017, je faisais ma 3ème syntigraphie. Lalghodistrophie commençait à s’atténuer Aujourd’hui, pour moi lalghodistrophie s’en va mais j’ai toujours cette douleur au cuboiide dès que je marche plusieurs minutes. Il me faut toujours des béquilles. Je boîte depuis mon arrêt. Mon orthopédiste à l’époque m’avait signalé la guérison de mon entorse. Mais soupçonnait de lalghodistrophie puisque je me plaignait toujours de douleurs à la marche. Je fais du kine, balnéothérapie, electrostimulation depuis mon arrêt. cette semaine on m’a posé un patch qutenza. Je m’inquiète, d’avoir des séquelles. Si j’appuie sur L’os la douleur se réveille. le médecin de la douleur voudrait que je passe un irm aussi pour voir l’état de L’os . Pensez-vous que ce soit normal que cet os me fasse toujours mal ? Est-ce du aux conséquences de lalghodistrophie. On m’avait signaler aussi sur la dernière syntigraphie de l’arthrose sur L’os. Pensez vous qu’il y a un remède pour soulager, guérir ? Je travaille dans le bâtiment. Je pense que je ne reprendrais jamais mon poste trop physique. Si je suis licencier c pas grave, mais ce qui m’inquiète c’est de savoir si je pourrais à nouveau marcher normalement. Pourtant chez moi, je marche pas trop mal sur de court trajets. Je boîte moins. Mais à partir du moment où je suis en marche continue, ça se complique à nouveau. Merci pour votre réponse, votre aide.
Les douleurs situées sous la plante du pied peuvent être en relation avec différentes pathologies : atteintes de l’aponévrose plantaire ou des autres structures tendineuses et musculaires, arthrose des différentes articulations de la cheville ou du pied, maladie inflammatoire rhumatismale, compression du nerf calcanéen. L’IRM que vous avez passé montre une simple aponévrosite ce qui élimine une grande partie des diagnostics que je viens de vous énumérer.
sale parcours… qui arrive qqs fois. Malheureusement les fractures ne se diagnostiquent pas toujours à chaud et certaines peuvent passer inaperçues. Le naviculaire est toujours plus fragile et met plus de temps à consolider. Constituant le sommet de la voute plantaire, il vaut mieux effectivement ne pas y mettre trop de charge le temps qu’il consolide, afin d’éviter des séquelles du type pied plat. Mais rassurez vous, il consolidera, même s’il risque de mettre 15 à 30 jours de plus… Et comme vous l’avez compris, il faudra un peu de kiné par après.

Même si vous semblez plus grandes avec ces formes de talons, vous pouvez tricher parce qu’elles ont un surface plus grande pour répartir votre poids. Lorsque vous porterez des chaussures à talons coniques, vous sentirez une nette différence par rapport aux talons aiguilles. En effet, elles offrent une meilleure stabilité, pour votre plus grand bien.
« Après 50 ans, nous avons tous des douleurs tendineuses ou articulaires » dites-vous. À 62 ans, est-ce que cela se justifie d’essayer un traitement plus invasif, infiltrations, PRP, voire chirurgie, forcément aléatoires ? Dois-je faire une croix sur la course à pied, ou au contraire, selon votre réponse à Fafa du 9 décembre 2014, suivre un protocole de reprise progressive ?
Ce conseil est d’autant plus important si vous devez conduire. D’une part cela peut s’avérer dangereux pour votre conduite, mais la contrainte exercée sur votre pied, alors que vous devez être en mesure de réagir rapidement, pour freiner par exemple, n’est pas négligeable non plus. Laissez une paire de chaussure sans talon dans votre coffre, vous serez plus à l’aise pour conduire, et vous risquerez moins les blessures, ainsi que les accidents.

la je retourne vendredi 12, il envisage d’enlever le platre et de me faire marcher… j’ai toujours un peu mal et je n’arrive toujours pas a bouger les petits orteils. Quand je marche (sans appuyer le pied) j’ai parfois le dessus de la cheville qui se bloque et dont je doit claquer sinon sa me fait horriblement mal… juste en avant les orteils au niveau du dessus du pied j’ai une partie qui n’est pas platrer et quand je touche sa fait mal xomme si on appuie sur un bleu.
Il est vrai que les aponévrosites sont parfois difficiles à soigner mais les traitements ne se limitent pas à la confection de semelles orthopédiques adaptées. Il est tout aussi important de mettre en place d’autres thérapeutiques et de les associer pour avoir un résultat satisfaisant. Il est rare que ces aponévrosites résistent à l’association des thérapeutiques de rééducation que sont les étirements du système tendineux et musculaire suro-achilléo-plantaire, les massages profonds et/ou les ondes de choc. Plutôt qu’un nouveau podologue, je vous conseille donc de consulter un kinésithérapeute qui connait bien les pathologies du pied.
En cas de tendinopathie, l’interrogatoire du sportif est essentiel pour apprécier et préciser la gravité ou le retentissement fonctionnel des phénomènes douloureux sur l’activité physique mais aussi sur les activités de la vie courante (déplacements, travail). Nous utilisons la classification de Leadbetter qui a l’intérêt d’associer les critères d’évaluation de la gêne fonctionnelle et la durée d’évolution de l’atteinte tendineuse.
Pendant un entrainement de badminton (il y a 5 mois), j’ai ressenti d’un coup une douleur vive au niveau du talon gauche. La douleur au tendon a persisté pendant quelques jours, surtout en flexion et quand je montais des escaliers, marchais sur une route en pente… et j’ai cessé les entrainements. Mon médecin m’a seulement recommandé du repos, le port de semelles et de bonnes chaussures ainsi que prescrit un gel anti-inflammatoire. Aucun examen. J’ai pensé qu’il faudrait être patiente. La douleur s’est fait oublier au bout de quelques temps. Je marche souvent sans difficulté, parfois je n’ai plus aucune douleur. J’ai finalement repris au bout d’un mois la gym (mais pas le badminton) 1 fois par semaine. Je pensais que la douleur allait finir par partir complètement mais elle resurgit très souvent. Systématiquement après avoir beaucoup marché, au bout de plusieurs heures debout (mon travail m’y oblige régulièrement), pendant une séance de gym ou si je marche avec des chaussures plates, la douleur revient, et ce, pendant plusieurs jours. Si je masse la zone, ça reste douloureux, rien de visible pour autant. C’est très pénible et je ne sais pas quoi faire ? Qu’est-ce que ça peut être ? Pourquoi la douleur disparait parfois complètement puis revient ? Qui consulter ?
Oui ma rééducation est difficile car j’avais très mal partout dans le pied, ce qui était les articulations déplacées et les tendons fragilisés (comme des tendinites), j’ai à ce jour encore mal. Je ne peux pas marcher normalement ni appuyer mon pied dans certaines positions. Mon pied craque régulièrement à certains endroits mais je ne sais pas pourquoi. Et oui mon pied est parfois froid (mais j’ai toujours eu les pieds froids) et d’autres fois très chaud, mais les 2 pieds le font je crois.

Ils se placent au bout de vos talons et vous permettent de marcher dans l’herbe, dans les cailloux, sur les pavés, ou toute surface inconfortable sans perdre trop l’équilibre et sans abîmer vos jolis talons. Si ceux-ci sont en cuir, ce n’est pas négligeable. Ce serait dommage de les abîmer dès leur première sortie ! Lors d’un mariage, c’est vraiment pratique et cela vous permet de pouvoir porter votre paire d’escarpins préférée sans vérifier toutes les secondes s’il est toujours sain et sauf. Je suis certaine que vous voyez exactement ce que je veux dire. Malheureusement on les trouve souvent en plastique, ce qui n’est pas esthétique à 100% je vous l’accorde.


Si je peux vous donner un conseil, l’arthrodèse étant irréversible: prenez le temps de bien réfléchir, ne faites rien dans la précipitation. Pourquoi ne pas essayer de tenir le plus longtemps possible sans y toucher, voir ce que ça donne et comment vous récupérez et attendre qu’un jour (plus ou moins lointain) vous souffriez trop pour ne plus le regretter du tout ?!
Bonjour, suite à une chute dans les escaliers, le dessus de mon pied à cogné le sol. Je n’ai pas d’entorse de la cheville, mais j’ai beaucoup enflé. J’ai mal sur le dessus du pied, et mes orteils sont relevés. Je n’arrive toujours pas à mettre mon pied à plat plus de 10 jours après la chute. J’ai passé une radio le lendemain (pas de fract) mais je dois passer un scanner (dans 2 semaines). Je n’ai pas très mal, mais je n’arrive pas à mettre mon poids sur mon pied. Qu’en pensez-vous ?
Bonjour, je suis basketteur et je pratique aussi le trail 1 fois par semaine. Je suis allez courir le 07/10 pendant 2h et je n’ai ressenti aucune douleur avant, pendant ni aprés ma course. Par contre depuis le 09/10, en début de matinée, j’ai une douleur sur le côté du pied droit qui me fait mal lorsque je suis en appuie sur mon pied, surtout quand je marche et aujourd’hui la douleur s’accentue énormément. Ayant un match demain, je me demande si je vais pouvoir jouer sans agraver la chose bien sur. Donc en faisant quelques recherche sur le net j’ai bien l’impression que la douleur et ciblé au niveau du cuboïde alors que dois-je faire pour être sur de savoir ce que j’ai?

Joueur de basket avec 1 séance collective de 2h, 3 séances individuelles de 45 minutes, et 1 match par semaine, cela fait 2 à 3 mois que mes 2 tendons d’Achille me font souffrir. Après avoir acheté des talonnettes d’amorti pour mes baskets, la douleur s’est un peu estompée mais les matins et certains mouvements lors de mon travail me font souffrir. Après avoir consulté, mon médecin traitant m’a orienté vers des tendinites, avec un traitement local (diclofénac). Actuellement en trève, je dois reprendre l’entraînement physique le 17 Août, et j’ai un programme d’entraînement pour les vacances avec essentiellement de la course et des exercices de musculation (3 fois par semaine). Par souci de repos, je n’ai pas commencé mon programme. De plus, mes douleurs restent sous jacentes et assez intenses le matin. Qu’en pensez-vous? Comment pourrais-je parvenir à me guérir?
Cependant pour répondre à votre question, l’IRM ne montre justement aucun pincement au niveau du cartilage (qui est saint selon le médecin, aucune lésion n’est visible et les épaisseurs sont conservées) de plus, le trait de fracture a disparu et seules quelques très petites « cicatrices osseuses » sont présentes. Selon le médecin, « tout devrait être normal » et il ne comprend pas pourquoi des douleurs persistent ; il m’a même donné le feu vert pour reprendre la course à pied.
Une chaussure à talon haut doit être stable avant tout. Et, c’est ce qui peut faire la différence entre des chaussures qui font mal aux pieds ou pas. « Un soulier est plus stable lorsque le talon est perpendiculaire au sol, nous dit la Dre Sanders. Certains talons hauts sont équilibrés vers l’avant, ce qui les rend instables et faciles à casser, et donc moins sécuritaires. Plus le talon est placé vers l’arrière et plus il est stable. »

j'ai des problemes de dos depuis un certain temps:au début,j'avais des bombements,insuffisance disacle et arthrose,j'ai une semaine d'hosto pour traction et infiltrations en janv.aujourd'hui,j'ai toujours mal mais les examens sont bons,j'ai peine à recourir.En fait ,la douleur au dos et au nerf sciatique (pincement fesse et sensation de brulure cuoisse) ainsi qu'aux hanches sont constantes avec des hauts et des bas,j'ai été reconnu inapte à mon travail,je courais 6jours sur 7,le dernier rhumato que j'ai vu m'a disgnotisqué un syndrome facettaire.Vu mes douleurs,j'avais pensé consulter le Dr Delmeule à Mérignac pour un autre avis,qu'en pensez vous?
Pour information, J’ai été opérée il y a 2 ans et 3 mois d’une rupture du tendon d’achille (rupture pendant un match de badminton), par suture percutanée, s’en est suivi 10 mois de rééducation sans réussir à récupérer totalement ma flexion dorsale. Une douleur à la marche a persisté pendant plus d’1 an. La mise sur pointe de pied me reste encore difficile à l’heure actuelle.
Merci pour cet article, je m’y reconnais totalement étant moi-même hypersensible. J’ai déjà adopté sans le savoir quelques conseils que tu donnes (ahhhh le plaisir d’enlever ses lunettes et de ne plus rien y voir, un truc qu’en général personne ne comprend !!! le voir écrit ici me fait un bien fou !!!). Pour ma part j’ai aussi arrêté la radio le matin (France Inter c’est bien, mais les news horribles dès le matin qui me mettaient le blues, non merci, j’ai mis du temps à comprendre que c’est pour ça que j’avais le vague à l’âme dès le matin). Et même de façon général j’évite d’écouter les radio d’info et de regarder le journal télévisé. Si je veux m’informer je le fais avec des journaux écrits et je choisis MON moment pour les lire. J’évite également les films violents ou faisant peur etc. Je vis au maximum dans le silence. Passer du temps dans la nature est un bon moyen de ressourcement pour hypersensible je trouve. J’essaie également de m’entourer de plus en plus de matières naturelles (bois, cotons) plutôt que plastique ou synthétique. Je prévois aussi dans mon emploi du temps des moments de récupération et j’accepte aussi que j’ai besoin de ces moments (j’ai mis du temps à accepter ça). J’évite de sur-remplir mes journées. Pour mon hypersensibilité émotionnelle je vais beaucoup mieux depuis que je médite régulièrement et que je pratique le Yoga.

j’ai pris le temps de lire l’ensemble des témoignages et conseils qui ont été ici inscrits et je tiens à vous remercier. Étant actuellement en arrêt longue durée et étant rendu au stade « infiltrations » (après anti-inflammatoires, repos forcé, exercices, ondes de chocs), je suis suivie par un rhumatologue très compétent qui n’hésite pas à prendre le taureau par les cornes en ne perdant pas une semaine pour agir. Demain auront lieu les deuxièmes infiltrations (traitement des deux pieds en même temps) et j’ai pu lire ici que mon cas pouvait potentiellement être différent d’une simple aponévrosite plantaire bilatérale (ce que mon rhumatologue soupçonne fortement). Nous devons faire une IRM si jamais les injections de demain ne suffisent pas , mais au vu de la douleur qui revient violemment à la charge en seulement 5 jours, il y a fort à parier que je passerais par de nouveaux examens.

Je vous propose de prendre des béquilles pour ne pas avoir à poser le pied au sol avant de consulter votre médecin qui vous prescrira une échographie. Le risque de ce type de lésion musculaire est essentiellement la récidive dans les semaines qui suivent la blessure initiale. Pour éviter ces rechutes, les sportifs doivent s’astreindre à une rééducation sérieuse chez un kinésithérapeute qui connait bien les sportifs. La reprise de la course ne doit pas être envisagée avant six à huit semaines minimum. Mais il est possible de reprendre doucement le vélo à partir de 4 semaines si la cicatrisation dirigée se fait correctement.

Voilà 2 ans maintenant que j’ai la cheville gonflée et fort douloureuse. Au départ une tendinite du talon d’Achille était apparue puis radio et rien de décelé… je suis tombée enceinte (ce qui explique la durée puisque pas possible de faire de radio…). A force d’insister j’ai enfin pu faire une irm, résultat fracture de l’os cuneiforme latéral avec epanchement synovique. Je suis sous anti inflammatoire et j’ai une atelle d’immobilisation pour 15jours et des séances de kiné pour soulager les différentes douleurs qui sont apparues sur mon squelette à force de mal me tenir… pensez vous qu’en 15jours je vais être guérie? Je ne peut être platree car mon bibou n’a que 3 mois et demande toute mon attention.
Certains d’entre eux, poussant perfidement l’avantage de leur ancienneté, se faisaient un malin plaisir d’abuser de la crédulité de jeunes nouveaux. Ils ne tarissaient pas au sujet de l’exceptionnelle sévérité de la directrice envers les mauvais élèves. Pour accréditer leurs effrayants racontars, ils leur montraient l’un des soupiraux donnant sur une cave qu’ils avaient baptisée « salle de torture ».
Cette échographie date de 8 jours et j’avais stoppé le sport environ 3 semaines avant. A l’heure actuelle, je ressent surtout une gêne le matin les permiers pas car je suis froid et après quelques minutes, ca s’estompe. Au toucher, c’est très variable et si je ne savais pas que j’ai cela, je ne m’en apperecevrai peut être pas. Je pourrai courir normalement je pense mais je ne sais pas à quel moment je peux reprendre une petite activité physique car je vis avec la hantise que le tendon se rompe si je refais une activité.
Bonjour moi j’ai fait une chute d’environ 1 pied et demi le 28 mai et le rapport de la tdm montre 3 petites fractures au pied gauche , astragale , naviculaire et calcanéum . Mon orthopédiste m’a dit que ce n’était pas grave.Et je crois que j’ai un entorse avec ça. Comme je peut voir les autres personnes qui vous on écrit on eu un plâtre et moi je n’ai rien eu de ça et elle ne m’a pas dit de ne pas marcher dessus .J’ai commencer à faire de la physio le 7 août , j’en fait 3 fois par semaine et mon pied bouge très bien mais si je marche trop à mon travail mon pied se fatigue.
Je te comprends car moi j’ai toujours froid, mais ensuite j’ai souvent vite chaud, bref peu de tolérance face aux températures! En hiver, la première chose c’est d’appliquer la technique de l’oignon (ex: un débardeur sous un haut ou une robe, puis un pull et/ou un gilet dessus, une écharpe pour le cou et la nuque (où se situe le centre de la régulation thermique!), des gants toujours dans le sac pour sortir ainsi qu’un bonnet pour les oreilles. Pas de chevilles à l’air et encore moins le dos et le ventre (débardeur dans le pantalon, ni vu ni connu 😉 ). Il ne faut pas avoir peur de ne pas suivre la mode en tout cas, mais on peut tout à fait être féminine tout en étant bien au chaud 😉
La FESSÉE. Mais pourquoi ce mot me martelait-il la tête jusqu’à l’obsession ? Et pourquoi ce « LA » au lieu du quelconque « UNE » ?... Parce que je savais depuis longtemps que, dans cette institution privée pour garçons, c’était le châtiment suprême, unique et sans rival à comparer des autres punitions et pénitences les plus communes. Au reste, n’ironisait-on pas chez nos professeurs « ce n’est pas le fond de votre culotte qui a besoin de la fessée ».
Très bon article ! Je confirme que les chaussettes « double » de Thyo sont très bien. Quelle que soit la chaussette, je combine toujours avec un morceau d’élastoplaste sur l’arrière des chevilles, au niveau du tendon d’Achille, j’ai pris un abonnement semble-t-il, si j’ai des ampoules, c’est toujours à cet endroit. Les pansements Compeed tiennent bien sur moi, j’en emporte toujours une boîte, même si à côté j’ai toujours des pansements simples.
Quoiqu’il en soit le pied est un organe important qu’il ne faut pas négliger et si vous deviez malheureusement être opérée, choisissez un bon chirurgien et un bon centre hospitalier. Renseignez vous à ce sujet… consultez le rapport annuel qui classe les centres hospitaliers en fonction de leur spécialité… parlez en en toute confiance à votre médecin traitant…
• Demander aux gens de limiter les sources de bruit. Les différentes sources de bruits empêchent les personnes hypersensibles de se concentrer car elles sont toutes traitées avec la même intensité (il faut croire que l’effet cocktail party ne marche pas avec la même efficacité chez tout le monde). Si vous vous sentez suffisamment à l’aise pour le faire, demandez à votre interlocuteur/trice de baisser le son de la radio ou de parler dans un endroit plus calme qu’un quai de métro bondé. Généralement, vos proches comprendront que nous n’avons pas tou-te-s la même tolérance au bruit.
Il est important que vous passiez une IRM. Cet examen va nous préciser des éléments essentiels pour guider le traitement en décrivant la localisation et l’importance de la lésion. S’agit-il d’une atteinte de l’insertion de l’aponévrose plantaire sur le calcanéum ? Dans ce cas le traitement pourra se faire comme celui d’une tendinopathie : étirements, ondes de choc, éventuellement infiltration de corticoïdes. S’agit-il d’une atteinte des muscles situés sous le pied qui sont responsables de l’amortissement et de la propulsion ? Et dans ce cas, quelle est la situation de la lésion fibreuse et quelle est son importance ? Le traitement devrait alors se baser sur les étirements, la physiothérapie et les massages transverses profonds.
Bonjour,j’aimerai votre avis,j’ai l’habitude de courir au moins 2 fois par semaine sur dur et il y a quelques jours j’ai ressenti une douleur au niveau de la cheville sur l’avant du pied sans signes apparents comme un gonflement ou coloration de la zone.Je peux marché sans problème mais dés que je prends appui sur mon pied la douleur revient.une tendinite?merci
Le kiné m’a conseillé de poursuivre les massages avec balle de tennis et balle de golf et de reprendre progressivement. Je me pose quand même beaucoup de questions car même si la voûte plantaire ne me brûle plus comme avant, l’aponévrose est très très sensible et présente de nombreuses rugosités. Je poursuis donc les massages (à la main et avec balle de tennis/golf) mais m’inquiète de cette évolution? Je n’ose plus continuer le sport qui me manque plus que tout, j’ai l’impression que ça ne cicatrisera jamais .

La première chose que mon regard embrassa en entrant dans son bureau ce ne furent pas les nièces, mais un jeune homme de 16 ou 17 ans installé à un petit bureau au fond de la pièce. Penchée au-dessus de lui, la directrice semblait lui donner des conseils pour son travail. Sans même me regarder elle remercia la surveillante qui se retira me laissant là planté comme une souche, engoncé dans mon malaise car la seconde chose qui attira irrésistiblement mes regards comme un aimant, matérialisant mes craintes, ce fut LE martinet. Il était posé bien en vue sur le bureau, ses lanières de cuir brun lovées autour d’un manche en bois verni.
Joueur de basket avec 1 séance collective de 2h, 3 séances individuelles de 45 minutes, et 1 match par semaine, cela fait 2 à 3 mois que mes 2 tendons d’Achille me font souffrir. Après avoir acheté des talonnettes d’amorti pour mes baskets, la douleur s’est un peu estompée mais les matins et certains mouvements lors de mon travail me font souffrir. Après avoir consulté, mon médecin traitant m’a orienté vers des tendinites, avec un traitement local (diclofénac). Actuellement en trève, je dois reprendre l’entraînement physique le 17 Août, et j’ai un programme d’entraînement pour les vacances avec essentiellement de la course et des exercices de musculation (3 fois par semaine). Par souci de repos, je n’ai pas commencé mon programme. De plus, mes douleurs restent sous jacentes et assez intenses le matin. Qu’en pensez-vous? Comment pourrais-je parvenir à me guérir?
Bonjour je fait de la course a pieds depuis des année après un repos pour une pth et un repos obligatoire je me suis mise a faire des marches « sportives » en foret avec des chaussure adapté depuis j’ai repris la course a pieds et je souffre de douleurs aux tendons d’achille le matin quasi impossible de descendre les escaliers normalement .cela ne dure pas mais les douleurs reste au contact mais je ne ressent aucune douleurs lors de la course mais bien après une marche avec des montées et descentes successives.plusieurs infiltration de vitamine suivie d’anti inflammatoires non rien donnés.je me suis construite une planches inclinée pour étirer les tendons mais rien ne change que me conseillé vous ?
Bonjour et merci mr Pruvost, les analyse date de debut avril une fois la prise de sang revelait une vitesse de sedimentation a 14 mais quelques jours après a 8 pour eux c’est rien de méchant, nous avons un rdv pour une hospitalisation de jours a debre dans 2 semaine mais ils on déjà écarté la maladie de sever mon pediatre de ville ne comprends pas même le podologue pour lui sa ressemble a une maladie de sever aujourdhui ma fille ne se plaint plus depuis quelque jours elle marche sur la pointe des pieds parceque ses talons lui font encore un peu mal il y’a encore quelque semaine elle arrivé même pas a enfiler des chaussette tellement elle avait mal, les semelles orthopedique la soulage bien, et fait même du vélo, le rhumatologue de debre en l osculant et en lisant le compte rendu de l hopital de pontoise là ou ma fille a séjourné c’est de suite range de leur côté, j’ai l impression qu’il pense qu’elle simule un peu on est dérouté, il remette ses douleur sur le compte dun déménagement mais ma fille a eu mal avant et elle c’etait déjà pleinte l an passé après le sport d’une douleur a l arriere du genoux qui est passé au bout de quelques jours, j’ai aussi vu sur certain forum que certain enfants atteint de la maladie de sever avait également des répercussions au niveaux des chevilles, genoux, hanche et c’est leur orthopediste qui leur a dit que c’etait du a cette maladie! parfois j’ai même peur que se soit une spondylartrite mais bon eux on vraiment ecarter toute maladie inflammatoire ! merci de vos conseils
Vous faites la preuve que les tendons et les articulations peuvent très bien s’adapter à certaines pratiques sportives agressives sur le plan locomoteur et, au contraire, très mal supporter d’autres pratiques sportives a priori moins traumatisantes. Je comprends parfaitement que vous soyez surprise mais c’est souvent le cas lorsque les sportifs sont « hyper-adaptés» à un sport qu’ils pratiquent depuis des années et qu’ils tentent de découvrir un autre sport. Dans votre cas, le mieux serait sans doute de prendre des cours de boxe pour débutants en limitant, par exemple, la durée des premières séances à 30 minutes une fois par semaine. Puis d’augmenter très doucement les charges d’entrainement sans jamais déclencher les phénomènes douloureux.
Le jour venu, comme tous les dimanches et jours de fête, j’avais endossé mon « costume du dimanche ». Ce vêtement de drap fin et de nuance gris perle composé d’une veste et d’une culotte courte assortie me plaisait beaucoup pour son élégance et parce qu’il me changeait de mon sempiternel uniforme de collégien. J’aimais aussi sentir la douceur de l’étoffe qui gainait mes cuisses et, ma foi, l’image du beau jeune homme chic que me renvoyait le miroir flattait ma coquetterie d’adolescent.
L’autre élève était le plus jeune. Sous sa chevelure blonde et bouclée il avait gardé le visage enfantin d’angelot que chiffonnait l’inquiétude. D’une voix timide, il nous confia qu’il était ici à cause de retards chroniques alors qu’il habitait tout près du collège. Deux avertissements assortis de mises en pénitence à genoux durant les récréations étaient demeurés sans effet. Il avait l’air manifestement plus perturbé que moi, sans doute victime de l’influence des grands élèves des classes supérieures.
Je vais à un mariage mi-août. J’ai acheté une robe jaune moutarde chez Naf-Naf (1er fois que j’ose cette couleur, j’espère que j’ai bien fait). Côté accessoires, je pense à des boucles d’oreilles (je ne porte pas d’autres bijoux) pendantes dont la couleur dominante est le bleu avec des touches de jaune/blanc/roux, et à des sandales ouvertes dans les tons camel. Est-ce “correct” ?

J’espère que cet article pour ne plus avoir mal aux pieds en talons vous aura servi à retrouver le confort dans vos chaussures, ou du moins vous aura convaincue qu’il est grand temps d’agir pour retrouver des pieds sereins et bien entouré. Si vous souhaitez continuer votre réflexion pour ne plus souffrir en talons, je vous invite également à lire mon article sur quelles chaussures porter quand on a les pieds sensibles. Je vous donne tous mes conseils pour améliorer grandement le confort dans vos chaussures et bien les choisir, que vous ayez les pieds fins, les pieds larges, des petits pieds ou des grands pieds. Car oui, les pieds hors normes ne sont pas faciles à chausser. Et il y a des solutions pour vous.


Ceci dit, le Festival Biarritz Années Folles est un grand événement en extérieur. La plupart des animations se déroulent dans les rues et ruelles de Biarritz, fermées pour l’occasion. Il vous faudra sans doute beaucoup marcher, y compris pour rejoindre votre véhicule, ce qui ne préservera pas la splendide paire de chaussures que vous venez d’acquérir. Dans ce cas, prévoyez une paire de chaussures de rechange …Si vous participez à la parade, nous vous conseillons de porter une paire de chaussures confortables et pas trop hautes. Gardez vos chaussures de cendrillon pour la soirée de gala !
×